Et si les économies se faisaient sur les biens et non les personnes ?

Comme dans le Zapping de Canal+, il y a des chocs d’informations qui sont stupéfiants: On ne parle que de réduction de personnels en France comme solution majeure au déficit budgétaire. A côté de cela, on peut lire dans l’Express de cette semaine,sous la plume d’Emmanuel Paquette, que le Ministère de la Défense passe un contrat-cadre de quelques 100 MEUR sur 4 ans avec Microsoft … Irlande. Et en parallèle, FOSSBazaar nous présente comment une école Néo-Zélandaise utilise des machines Ubuntu et Mandriva pour gérer son infrastructure informatique complète.

Si notre gouvernement voulait bien investir en France, il pourrait contribuer au développement d’une société française, telle que Mandriva (et récupérerait au passage des charges sociales, et autres impôts sur les sociétés, le jour où Mandriva fera des bénéfices ;-)). Et même si il devait, comme les Néo-zélandais choisir une solution mixte de fournisseurs (pour un domaine sensible comme la défense cela ne me choquerait pas), l’investissement serait toujours profitable en France car l’écosystème du libre dont font partie Ubuntu et Mandriva dispose de nombreuses sociétés de services locales prêtes à travailler pour les ministères, et même référencées par eux.

Et on pourrait aussi créer de toute pièce un centre de recherche en informatique libre pour le secteur de la défense française (dans un premier temps avant de pouvoir le faire au niveau européen), à l’image de celui mené par Roberto di Cosmo pour l’Inria, qui pourrait étudier l’adoption massive des logiciels libres par le secteur de la défense, ainsi que les adaptations nécessaires à y faire pour le rendre conforme aux usages en vigueur dans ce secteur. Des technos comme SElinux, iptables, et les multiples outils de sécurité disponibles autour des distributions Linux permettraient, à moindre coût pour le citoyen-contribuable de résoudre une quadrature du cercle: économie d’achat de logiciels, maîtrise complète des systèmes, reversement à la communauté, emploi de personnels.

Il est temps en 2010 de prendre le taureau par les cornes au sein de l’administration française et d’effectuer un big-bang qui sera salutaire tant pour nos finances que pour nos emplois, tant pour nos compétences, écoles, centres de recherche que pour notre indépendance: l’adoption à grande échelle et officielle du logiciel libre à tous les étages et le financement sur deniers publics de qui lui manque encore pour être utilisable partout. Ce serait une réforme fort utile. Je veux bien que mes impôts servent à cela plutôt que de finir dans la poche de Microsoft Irlande. Et surtout à payer le développement de compétences et d’emplois ici plutôt que des logiciels fermés ailleurs.

Tags:

One Response to “Et si les économies se faisaient sur les biens et non les personnes ?”

  1. Mortier Says:

    Hello Bruno,

    ho combien vrai, tout cet argent dépensé en vain pour des licences sur des logiciels propriétaire qui ne créent jamais d’emploi locaux. le genre décision à 100MEUR qui montrent l’étendue de la méconnaissance de formidables possibilités du logiciel libre dans l’économie européenne.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: