Lettre ouverte aux représentants de la nation

Cette lettre se veut un lancement d’alerte auprès de nos représentants démocratiquement élus de tout bord concernant l’examen en cours par le parlement de la “loi sur le renseignement”

Je réagis en tant qu’amateur du logiciel libre et de données ouvertes à titre privé, membre de l’AFUL, comme de l’APRIL, aussi bien que comme professionnel, en tant que citoyen que l’on va priver d’un de ses droits fondamentaux, en tant qu’électeur qui refuse de se reconnaître dans le premier vote effectué et demande instamment à tous nos représentants de se documenter avant de voter juste comme on leur a dit de voter.

Un certain nombre d’articles décrivent très bien les dérives vers lesquelles vont nous entraîner un vote en l’état de cette loi. Celui de Laurent Chemla sur Mediapart par exemple, ou celui de la Quadrature du Net vont donneront assez de matière pour réfléchir, et comprendre l’appauvrissement numérique qui gagne la France avec tous ces services associatifs et professionnels qui vont quitter le pays.

De plus, qui peut vraiment souhaiter vouloir qu’une boite noire en dehors de tout contrôle juridique amasse la plus grande collection de données possible pour la traiter selon le bon vouloir du gouvernement du moment. Comme nous ne savons pas lequel sortira des urnes en 2017, c’est donner un blanc-seing potentiellement à des partis dont on ne souhaite pas qu’ils aient une vue complète sur tout ce que vous échangez.

Va-t-il falloir tout crypter (chiffrer pour les puristes), du simple message de coucou, à ceux échangés autour de la musique renaissance (qui permet de faire des concerts sans droits d’auteur mais cela déplaira à la Sacem qui demandera à un ami un accès aux boites noires pour voir ce que je complote, ce que personne ne pourra contrôler du reste), ceux échangés au sein des conseils d’administration auxquels je contribue (le gouvernement saura ainsi que j’ai voté oui pour que l’AFUL se positionne contre cette loi), ceux que j’envoie à ma banque pour faire une opération, les sites que je consulte et ceux que je ne consulte pas, … On n’a pas besoin d’être terroriste pour vouloir faire respecter un niveau de confidentialité de son activité numérique.

A-t-on envisagé l’impact sur les sociétés ayant des sièges à l’étranger sur leur volonté de communiquer avec leur filiales potentiellement espionnées en France ? A-t-on mesuré l’impact sur les ONG et le travail qu’elles font partout dans le monde, quand elles réaliseront que tout ce qu’elle font (et elles dépendent complètement de l’Internet aujourd’hui pour fonctionner comme les précédentes et les suivantes) est potentiellement espionable ? Et les associations loi de 1901 ? Et les partis politiques, les syndicats, les juges, les avocats, les journalistes ? La CFTC Metallurgie 91 par exemple est hébergée chez Free par exemple. La confidentialité d’adhésion va du coup est sérieusement mise à mal non ? Et ce n’est qu’un des nombreux aspects où la surveillance de masse (puisque faite en coeur de réseau chez les opérateurs de l’Internet systématiquement, elle est donc de masse) aveugle pose problème.

Pourquoi ne pas simplement déjà appliquer la loi telle qu’elle est ? Elle a permis de mettre sur écoute les personnes qui allaient plus tard commettre des attentats (malheureusement pour les victimes, la surveillance légale et contrôlée a été arrêtée trop tôt) sans que cela soit une atteinte à la liberté des 65 autres millions de français ? Les lois actuelles, même si elles ne sont pas parfaites, ont permis à notre société de grandir et croître jusqu’ici. Il suffit de continuer à demander l’autorisation d’un juge pour mettre une personne sur écoute Internet. Au moins, il y aura des traces des raisons pour lesquelles cela est fait.

Messieurs et Mesdames les députés et sénateurs, cette frénésie pour légiférer n’est pas une preuve d’action. Par le simple fait qu’un ministre dise dans l’assemblée que la vie privée n’est pas une liberté vous devriez sérieusement prendre du temps pour examiner le projet, reconsidérer les amendements proposés et agir non en suivant la consigne de groupe, mais votre propre choix car sur un tel texte, on n’est pas de droite ou de gauche, on est pour la liberté individuelle et la vie privée (comme dans la constitution européenne) ou contre. Nous, citoyens, aurons le nom de tous ceux qui n’auront pas eu le courage de voter en leur âme et conscience pour léguer un Internet ouvert et respectueux des libertés de chacun à nos enfants.

En attendant, je vais leur apprendre les principes de bases des clés publiques et privées, et faire quelques essais sur le cryptage (aka chiffrement) systématique de nos communications. Cela contribuera au réchauffement climatique car nos ordinateurs, comme ceux qui tentent d’analyser les contenus, auront beaucoup plus de travail à faire (donc plus de consommation d’énergie pour y arriver).

Et n’oubliez pas que vous êtes des citoyens comme les autres de ce point de vue, et que donc vos informations bancaires, d’impots, d’opinions, … seront elles aussi stockées dans ces merveilleuses boites noires d’où l’on pourra extraire ce que l’on voudra. Finalement, on y gagnera sur l’automatisation de la déclaration de votre patrimoine en ligne qui sera grandement simplifiée, … et nécessairement juste. Mais ce ne sera qu’un petit pas pour la démocratie finalement non ?

Dans l’attente de consulter vos votes prochains sur ce projet de loi, et en espérant que vous éviterez à la France d’être à l’avenir comparée à la Corée du Nord, je vous souhaite une bonne lecture des références mentionnées plus haut pour vous forger une opinion par vous-même.

Tags: , , ,

3 Responses to “Lettre ouverte aux représentants de la nation”

  1. Noelle Joly Says:

    Bonjour,

    Par rapport à vos envies de chiffrer, je note effectivement une nouvelle raison de ne pas le faire : l’économie d’energie. Surtout qu’il y aura en parralèle une autre dépense d’énergie pour déchiffrer !

    Mais surtout, est-ce que vous croyez vraiment que supplier les députés de réfléchir peut changer quoi que ce soit ? Il nous faut reprendre le pouvoir à ces clowns tragiques, en nous organisant à la base.

    Si nous sommes trop paresseux pour le faire… alors nous vivrons comme des esclaves.

  2. brunocornec Says:

    Chiffrer reste néanmoins une bonne pratique. Aujourd’hui les sites Web évoluent de plus en plus vers un mode https par défaut. Je n’ai qu’une ligne à changer à mon .muttrc pour faire de même pour mon mail. mais il va falloir que j’explique pas mal de choses à pas mal de gens du coup😦

    La dernière fois que j’ai parlé à mon député d’un problème similaire, il avait écouté, et même fait évoluer son avis sur la question, grâce à un ensemble de voix concordantes. L’important en politique, c’est pas que je le dise, mais que l’on soit plus de 100 000 à le dire et que même le Monde en parle ! Quand la femme de la rue est exposée à ce problème, les politiques doivent commencer à se renseigner (chose qu’ils font, car ils ne peuvent pas être omniscient, mais ils peuvent lire et écouter quand le bruit devient trop fort).

    Je n’ai pas le temps de me proposer à des élections aujourd’hui. Une fois à la retraite, cela deviendrait … sans doute encore moins possible🙂
    Aujourd’hui il y a des associations, celles mentionnées dans l’article par exemple, qui exercent cette action politique et je les soutiens tant par ce billet, que financièrement. Si 100 000 billets de blog sont écrits sur le sujet, les choses bougeront.

  3. brunocornec Says:

    Quelques liens complémentaires:

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: