Archive for December, 2019

Le diaporama du Concert Vivaldi est disponible

2019/12/15

Ensemble Vocal Variations

2 beaux concerts donnés à guichets fermés à Charavines et Eybens referment pour l’ensemble Variations la saison 2019. Si vous avez aimé nos concerts de ce week-end, retrouvez-en l’ambiance en regardant le diaporama réalisé pour l’occasion.

Peut-être pourrons-nous retrouver de nouvelles dates pour redonner ce programme festif autour du Credo, du Magnificat et des 4 saisons de Vivaldi, où Michel Viguier a fait forte impression par son engagement.

En attendant, nous continuons notre exploration d’un nouveau programme de spectacle autour de Josquin Desprez dont nous fêterons en 2021 les 500 ans de la disparition. Nous avons commencé à mettre en place le Stabat Mater et le Laudate pueri. Suivrons d’autres pièces et des reprises de Mille regretz par exemple pour faire un bel ensemble en hommage à l’un de mes compositeurs favoris. Pas de concert néanmoins avant fin 2020 le temps de bien préparer tout cela !

Bonne fêtes à…

View original post 9 more words

Do not meet at the POSS

2019/12/08

Well, the french national railroad has sent to me an SMS explaining that my train to travel to Paris for the POSS was cancelled due to the current strikes. And more over, there is no other train allowing me to be there, so I won’t be able to participate this year again, and wonder how will the event deal with that as I’m sure I’m not alone in that case 😦 Too bad and hopefully see you another time.

Exceptionnels Correspondances

2019/12/06

J’aurai assisté dans ma vie à pas mal de concerts et un certain nombre de fabuleux (G. Leonhardt, F. Brüggen, J. Savall, V. Dumestre, C. M. Giulini, A. Brendel…). Ce soir était un tel jour. L’Ensemble Correspondances se produisait pour la 5è fois à la MC2 avec de nouveau leur répertoire favori du grand siècle. Cette fois-ci, après Charpentier, deux fois, ou quatre fois, ils présentaient leur nouveau travail sur des motets de Richard de Lalande.

Et bien que ce soit leur première présentation de ce nouveau programme, ils étaient déjà à un niveau de perfection total, et surtout d’intensité d’interpétation, qui m’ont arraché des larmes de joie lorsqu’ils ont attaqué le “Pie Jesu” final du Dies Irae du compositeur. Il faut dire que ce fut préparé par un solo de soprano divin, et un trio de voix graves, où Lucile Richardot était encore une fois à couper le souffle et la seule voix de bas-dessus féminine digne, à mes oreilles, de se placer au dessus de voix d’hommes sans déséquilibrer le fragile alliage que représente cette composition si magique (Campra !!). On était déjà dans les limbes, mais le sublime venait donc à la fin, avec une précision (quelles attaques de consonnes, quelle diction, quelle respiration d’ensemble), un degré de finition dans les closures de phrase, une connivence entre les chanteurs (les regards lumineux, les sourires échangés), tout cela nous amenant sur un “dona eis requiem” qui restera très longtemps dans ma mémoire.

Comme à la fin du Requiem de Verdi par Giulini auquel j’ai eu la chance d’assister à Paris, je suis resté quelques minutes assis à la fin du concert avant de retrouver l’usage de la parole, tant l’intensité de ce que ces interprètes nous avaient donné était fort. Et pourtant, seulement 4 jours de répétition, un autre programme dans l’intervalle, et finalement une première où cela aurait pu être difficile, après des transports compliqués pour venir à Grenoble un jour de grève nationale. Mais non, du coup une fraîcheur incroyable, une attention palpable, mais des musiciens portés par un même esprit dans le but de transcender cette musique. Dois-je dire que je ne considérais pas de Lalande comme un de mes musiciens préférés, mais ce soir, je révise ma position, évidemment, seulement quand c’est l’Ensemble Correspondance qui l’interprète !

Mais voilà, cet ensemble vit bien, cela se sent, et cette fois le chef n’a pas accompagné, se consacrant complètement aux instrumentistes et au choeur (les solistes étant laissés très libre). Du coup, les mouvements étaient très indicatifs, comme ceux d’un Kleiber, accompagnant toutes les intensions, la diction (exceptionnelle et avec un merveilleux latin gallican cette fois-ci !) étant soulignée (et nous avons bien reçu les ‘p’, les ‘d’ dans la salle, bravo), l’enthousiasme de Sébastien Daucé était communicatif.

Et ces artistes, comme souvent dans le monde de la musique ancienne, restent très accessibles, après le concert, heureux aussi d’échanger avec nous sur ce travail, et de continuer par des explications, le partage autour de la musique.

Soirée mémorable donc, et ce soir, Grenoble avait le niveau de Paris, Londres et Berlin réunies. Du coup, je vous partage le bisou de Lucile Richardot (je l’avais dit dès 2016 qu’elle avait une énorme carrière devant elle !) et où que vous soyez, allez les écouter, c’est juste fabuleux.

Meet at the Paris Open Source Summit

2019/12/03

After some years, I’m back again at the Paris Open Source Summit ! Well it’s becoming more and more difficult for me to travel professionnaly, even in France, and without the help of Jean-Marc Le Hen, I’d not have been able to come. So thank him by buying HPE gears with him 😉

I’ll be delivering a session on Redfish during the Cloud Native Infrastructure Track on Tuesday the 10th between 6:00 and 6:30PM and I’ll come back the day after to contribute to a round table on neutrality of contribution spaces animated by Amel Charleux during the Governance track on Wednesday the 11th between 11:00 and 11:59AM.

A great opportunity to touch base with the whole community gathered in the exhibition hall (I hope to be able to visit both the projects area as well as the professional booths)

If you catch me, I’ll be happy to discuss about FLOSS in general, or my favorites projects in particular !