Posts Tagged ‘Belliard’

La 29ème académie de musique ancienne d’Etampes

2018/07/13

Puisqu’il faut que je me soigne, et comme il n’y avait pas de chimio cette semaine, j’ai pu participer à ma 29ème académie de musique ancienne d’Etampes, créée par Jean Belliard, et maintenant dirigée par sa fille Laudine.

J’ai la chance d’y chanter un magnifique petit solo de ténor haut dans le Beatus Vir de Monteverdi, mais surtout 4 motets Renaissance (Josquin Desprez, Victoria, mes deux favoris, Morley et Palestrina) et j’ai de nouveau commis un diaporama qui semble avoir été bien reçu par les spectateurs de notre concert de ce soir. Je ne remercierai jamais assez Béatrice ma femme et Ségolène ma fille pour l’aide apportée toute cette semaine, pour me permettre de participer dans les meilleures conditions et d’aller jusqu’au bout de mon envie d’augmenter le spectacle par cette projection.

Comment ? Vous ne saviez pas que nous faisions ce concert à l’église St Basile d’Etampes ce 13 juillet ? Venez vite vous rattraper en nous écoutant soit le 14 juillet à la Basilique de Longpont (91) ou encore ce dimanche 15 juillet en la magnifique abbaye de St Benoît sur Loire (45) où nous nous sommes produits de nombreuses fois déjà, et qui attire, par la grâce de son lieu toujours un public de qualité … même un jour de finale 😉

Vous pourrez y assister à un spectacle finalement rare en France, car la musique sacrée ancienne n’est pas tant chantée que cela, surtout par les amateurs, et dans ces conditions, avec un instrumentarium incroyable pour nous soutenir, ce serait dommage de manquer l’occasion annuelle de se replonger dans cette superbe musique des 15ème aux 17ème siècles.

Advertisements

On the right path

2018/06/25

Following the detection of my lymphoma, I’m right now in the middle of the treatment at the hospital and have passed recently a scintigraphy as a control, which doesn’t reveal any pack of cancer cells anymore, showing that the R-CHOP treatment I’m following is efficient.

So we go on, with a chemio every 14 days, up to begining of August where we’ll again make status. Goal being to eliminate remaining cancer cells that would not be seen by that type of exam.

Music is a good medicine for me and after our concert of Saturday, I now hope to participate to my 29th Academy of Early Music in Etampes, now directed by Laudine, the daughter of my master in sacred music Jean Belliard. And as music is also a family affair, I’ll be there with my wife and my first daughter (who will also take care of me !) and so it’ll be both a musical work and a familial pleasure, very beneficial for the cure of the lymphoma.

Evolution favorable

2018/06/24

Suite à la détection de mon lymphome, je suis actuellement au milieu de mon traitement au CHU de Grenoble et ai passé récemment une Scintigraphie de contrôle qui ne révèle plus d’amas cancéreux visibles, montrant que le traitement R-Chop est efficace dans mon cas.

On continue donc ce traitement comme d’habitude, à raison d’une chimio tous les 15 jours, jusqu’à début Août où l’on refera un point. Il faut notamment éradiquer ce qui pourrait encore rester et ne pas être visible sur ce type d’examen.

La musique est un bon médicament et aussi mon activité préférée de compensation, et après notre concert d’hier, j’espère bien maintenant pouvoir participer à ma 29è académie de musique ancienne à Etampes en Essonne dirigée maintenant par Laudine Belliard, la fille de mon maître en musique sacrée, Jean Belliard. Car la musique est aussi une affaire de famille et j’y aurai le plaisir d’y être avec ma femme et ma fille ainée (qui s’occuperont de moi comme un coq en pâte, je le sais d’avance !) et ce sera donc un moment à la fois de travail musical, et de plaisir familial, donc bien propice à la régénération et à la suite de la guérison.

Une dernière académie ?

2016/07/09

Peut-être pour moi. Je ne sais pas encore. En tout cas, une académie de musique sacrée de la Renaissance de plus. La 27è pour moi. Car je n’en ai pas raté une seule depuis le début. Normal car nous avions souhaité prolonger le travail que nous faisions avec Jean Belliard au sein de l’ensemble vocal Déchant, et ce rendez-vous estival autour du 14 Juillet s’est transformé rapidement pour moi en l’un de ces moments que l’on attend avec impatience toute l’année.

Depuis deux années déjà, notre Maître subit un désagrément de l’âge, qui est dramatique pour un musicien, la perte progressive de son audition. Alors cette année, après avoir tout fait pour continuer à transmettre sa passion au travers de la musique qu’il aime tant, ces polyphonies sacrées de la Renaissance dont il m’aura fait découvrir l’immensité et l’extraordinaire beauté du répertoire, Jean a décidé de passer le flambeau à sa fille Laudine pour animer cette académie. C’est donc une page d’histoire commune que je dois accepter de tourner, non sans mélancolie, mais avec une multitude de souvenirs plein la tête et de moments de musique fabuleuse partagée grâce à son inspiration. Il a aussi arrêté de diriger le Choeur d’Etampes et l’ensemble Abélard où chantait ma fille Ségolène.

J’espère que les nombreuses heures que nous avons passées tous ensembles à tenter de faire résonner la musique et le texte de notre mieux, sans parvenir à atteindre l’idéal qu’il se fixait, continueront longtemps à lui tourner dans la tête et le remplir de musique malgré tout.

Nous pensons à lui, à cette peine qu’il doit ressentir et j’espère qu’il se console aussi en se remémorant toutes les beautés qu’il a su nous faire découvrir, qu’il nous a entraîné à chanter, toutes ces graines de musique qu’il a semées chez des centaines de choristes, et qui aujourd’hui germent partout grâce à lui. Tant et si bien que moi aussi je me suis mis à transmettre (à mon niveau bien sûr) ce que j’avais reçu de sa part au sein de notre ensemble vocal Variations. Ce qui fait que je ne pourrai assurer le concert de Septembre cette année, car nous nous produirons dans le cadre des journées européennes du patrimoine pour notre programme autour de François Ier à Roussillon (le 17 Septembre à 18h30) et à Biviers (le 18 Septembre à 17h30) en Isère.

Je sais tout ce que je lui dois et combien il a durablement influencé ma vie tout simplement. Et pas qu’en musique.

Alors pour honorer ce contrat moral envers lui, nous allons travailler avec la même assiduité que d’habitude, ma femme, ma fille et moi-même pour perpétuer cette réputation d’excellence qu’il a insufflé pendant 26 académies et faire 3 magnifiques concerts à l’Eglise Saint-Martin d’ETAMPES (91) le vendredi 15 juillet à 21 h, à la Cathédrale St.Etienne de SENS (89) le samedi 16 juillet à 20 h et à l’Abbaye de Fleury à St.BENOIT-SUR-LOIRE (45) le dimanche 17 juillet à 16 h qui nous avait déjà accueilli plusieurs fois et est un lieu magnifique.

Venez découvrir ce répertoire époustouflant de beauté, enivrez-vous de sons et participez à un hommage bien mérité envers ce grand professionnel qui a toujours considéré l’amateur comme son frère en musique.

Ensemble Correspondance: un Art florissant

2016/06/29

Le 2 Juin a eu lieu un magnifique concert à la MC2. L’ensemble Correspondance, dirigé par Sébastien Daucé, a présenté un programme autour de Marc-Antoine Charpentier et de son voyage initiatique en Italie avec les influences qu’il a reçues à cette occasion.

J’avais déjà apprécié le disque qu’ils avaient consacré à Etienne Mouliné et que j’avais trouvé somptueux dans un programme rare. Cela m’avait donné envie de les voir en concert pour juger de la validité de ce jugement car le disque peut être trompeur, manipulé, arrangé, alors qu’un concert ne le peut pas. J’avais réservé ce concert dès Juin 2015 pour finalement le voir donc il y a quelques jours.

Eh bien autant dire que j’ai été emballé ! Très beau travail de prononciation de l’ensemble, clarté d’élocution, équilibre des voix. Avec la magnifique voix de basse d’Emmanuel Vistorky (qui a eu une pièce solo) et la plus belle voix de l’ensemble en la personne de Lucile Richardot, fantastique tessiture de contre-alto/alto/mezzo, timbrée et qui peut s’aligner en puissance face à n’importe quel haute-contre ou contre-ténor. Un vrai régal alors qu’il est si rare d’entendre ce genre de voix, et que depuis celle de Lydwine de Hoog-Belliard avec qui j’ai si longtemps chanté, je n’en avais pas entendue de pareille. Cette artiste a une très belle carrière devant elle. Evidemment, le cornet à bouquin d’Adrien Mabire qui nous a si souvent soutenu lors de nos académies de Juillet était de la partie avec des ornements endiablés.

Splendide programme aussi avec des raretés comme le motet de Tarditi, le Magnificat de Cavalli, un absolu chef d’oeuvre, et surtout la messe à 4 choeurs de Beretta spatialisée dans la MC2, expérience intéressante pour le spectateur placé au centre du son, même si leur attention était du coup beaucoup mobilisée sur la coordination avec le chef sur scène. En revanche, ils étaient regroupés pour la messe à 4 choeurs de Charpentier sur scène et ont là pu donner tout leur c(h)oeur dans les effets soulignant le sens du texte, ce qui était très bien venu.

Ce programme était leur création et à mon avis déjà une belle réussite que je vous engage fortement à aller entendre quand il passera près de chez vous, et tous les retours de mes relations qui ont été extrêmement élogieux aussi sur ce concert.

J’ai eu l’impression d’avoir assisté à la prestation de nouveaux Arts Florissants, eu égard au programme (tant Moulinié que Marc-Antoine Charpentier étaient au programme des premiers disques et concerts de l’ensemble de William Christie). Sébastien Daucé est aussi un claveciniste-chef amoureux de la musique du grand siècle, comme de l’Italie du 17è siècle. Et à les entendre, on ne peut que leur souhaiter une aussi longue continuation et réussite. Ils en prennent le chemin.

Ils seront du reste de nouveau présents sur la saison à venir avec le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier et des motets de Dumont, donc courrez réserver votre place, car il ne devrait pas y en avoir pour tout le monde cette fois-ci !

Quand on pense que sur la saison 2016-2017 à venir, la MC2 a dû diminuer sa programmation de 20 spectacles, c’est fort dommage. Il est important de soutenir le spectacle vivant, car même si j’adore le disque et en possède beaucoup, rien ne remplace l’émotion du concert ! Alors pour soutenir leur action, j’ai posté ce petit mot au président de la république, pour qu’en France on continue (et amplifie) le soutien au spectacle vivant et à la culture, en particulier la musique savante:

“Outre le plaisir direct qu’elle procure à ceux qui y assistent, sous toutes ses manifestations, la culture est une puissance économique majeure pour la France, surtout combinée à la richesse de notre patrimoine.

Il faut lui permettre de se développer pour enrichir notre pays de théâtre, de musique (et surtout de musique savante de *toutes* les époques et lieux), de danse, de peinture, d’architecture et favoriser les lieux de culture aussi lieu de consommation, de nuitées, de repas, de transport, faisant fonctionner notre économie locale, qui plus est non-délocalisable.

Le peu donné ici amènera beaucoup là et les générations futures vous en seront gré !”

Et en ces temps de disette budgétaire, que la MC2 soutienne encore plus la musique ancienne: Nous avons plus de dix siècles de musique à faire connaître. A quand la Messe de Machaut par Diabolus in Musica, un panel de danses celtes par les Witches, les splendides spectacles de Vincent Dumestre et son Poème Harmonique, les antiennes médiévales par Discantus, des danseries italiennes par Doulce Mémoire, des madrigaux de Monteverdi par le Concerto Italiano ou n’importe quoi par Jordi Savall, car tout ce qu’il touche est juste magique….

Ces ensembles sont excellents, demandent bien moins de budget que pour des créations contemporaines, et aporteront beaucoup de plaisir et de découvertes au public grenoblois. la MC2, à vous de jouer !

Back to RMLL 5 years after !

2015/07/07

I like that event which is organized by different teams each year and gather thousands of enthusiasts during one week in one city to celebrate Open Source and Free Software.

This year, for the first time since 2010, I have no conflict attending it and also attending the Academy of sacred Music in Etampes, the week after, as I do since the first one.

So this year I’ll give a status of where we are with the MondoRescue project for my tenth anniversary of project leadership and after the last presentation I did 5 years ago.

And as you can’t be in the mood without docker, I’ll deliver a session on docker and project-builder to demonstrate its particular value IMHO in this domain of continuous packaging and also I’ll animate a Lab session on docker to help discover this tool and understand the challenge of containerizing an application such as owncloud. Come prepared with at least a Linux VM or better a Linux laptop to enjoy the tour 🙂 And start by downloading the Lab document based on Ubuntu 14.04 !

And don’t hesitate to come and talk of whatever topic I’d be able to cover such as AFUL, Mageia, OpenStack, Redfish and Ironic or the beauty of Jean Mouton’s music during the reign of François the first (not our current pope ;-))

La fée, les sorcières et le mage

2014/11/02

Fabuleux week-end musical à Paris entre l’Open World Forum et l’OpenStack Summit !

Les Witches

On commence par les Sorcières pour Haloween bien sûr ce vendredi ! Les Witches avaient annoncé leur concert sur Facebook, dans le cadre du festival Marin Marais, et pour une fois, je l’avais vu et comme je pouvais y assister, j’en ai profité pour les voir “en vrai” pour la première fois 🙂 (j’ai les disques du groupe que je trouve fantastiques).

Eh bien, en vrai c’est … fantastique aussi ! De la jubilation à tous les étages, dans le temple comme à la tribune. Les sorcières jettent des sorts à l’assistance qui bat des pieds et tape des mains en rythme sur les jigs, laments et autres danses d’Angleterre ou des flandres. De l’improvisation à n’en plus finir: comme elles le disent, on ne sait pas sur quel morceau on commence, qui va enchaîner, combien de temps cela va durer, comment on va s’arrêter, ni même parfois quelle tonalité sera utilisée. Mais tout fonctionne par une grande habitude de jeu en équipe (la plupart joue ensemble depuis 30 ans !), une maîtrise totale de son instrument par chaque sorcière (même si elles tentent d’en changer au début de la seconde partie !) et surtout par un plaisir de communier dans ce temple conjointement avec son public. Quel volonté de donner du plaisir, d’inviter le public à participer, en le faisant choisir un enchaînement de pièce ou le premier joueur. Et puis quelle générosité ! Commencé à 20h30 le concert a regroupé 3 parties et s’est terminé après 23h00 sur des bis applaudis longuement par un public conquis.

Les Witches

Les interprètes savent rester accessibles et humbles malgré leur énorme talent. Pour ma part, la dernière fois que j’avais vu Claire Michon jouer de la flûte, c’était au début des années 1980 pour un concert d’I dilettanti et j’ai retrouvé intact sa virtuosité et ses attaques franches et énergiques qui font de cet instrument un pur plaisir quand il est joué comme cela, dans ce répertoire Renaissance où il va si bien (variations sur Daphné de Van Eyck par exemple). D’autres photos sont disponibles sur Picasaweb.

Fontainebleau

Samedi, la journée fut passée à préparer le nouveau programme de l’ensemble Variations que je dirige consacré au règne de François Ier, en visitant le château de Fontainebleau où il a laissé de nombreuses traces, et dont les photos serviront à illustrer notre spectacle. Le soir, de retour sur Paris, il était temps de voir la fée au théâtre des Champs Elysées.

TCE

Là aussi, c’était la première fois que j’avais l’occasion de voir Cecilia Bartoli sur scène. Et là encore, ce fut une rencontre placée sur le principe de la générosité. La première partie du programme consacré à la musique en Russie au XVIIIème siècle et ses influences italiennes était en entrée en matière. L’entrée en scène est un peu trop scénographiée à mon goût (mais il ravira les amateur de traîne !). De même après chaque air, la diva congratule ses partenaires solistes, et on se demande si cette scénographie n’est pas un peu trop forcée. Mais ce serait oublier l’énorme vitalité de la chanteuse italienne. Et sa nature extravertie qui, une fois comprise, fait la différence, comme la veille pour nos sorcières.

Cecilia Bartoli

La seconde partie ne fut qu’une montée en puissance vers le dernier air officiel, véritable pyrotechnie vocale qui terminait en beauté une série d’airs tendres ou virtuoses de la plus belle manière. Quel engagement, quelle justesse d’expression et de notes alors quelles se succèdent à une vitesse qu’il semble impossible à une voix d’enchaîner à cette vitesse et cette dynamique. Quelle incarnation des rôles de la part de La Bartoli, au sommet de son art. Mais ce sont les bis qui ont fait vraiment chaviré la salle. Après avoir chanté à ce niveau au moins 1h30 durant (il y avait aussi des pièces instrumentales par les Barochisti de Diego Fasolis), elle enchaîne sur Steffani à tomber, des Vivaldi de folie, incitant chaque fois le public à en redemander ! Ce qu’il ne se fait pas prier de faire sous les acclamations.

Et là vient son air avec trompette, où elle aussi va improviser des réponses à des motifs que la trompette énonce. Alors que jusque là tout est toujours sous contrôle, elle se lâche complètement, reprend avec humour ce qu’elle pense avoir compris de la phrase de la trompette, s’arrête, ironise en français avec le public et finit avec une salle conquise. Elle a là montré qu’elle aussi savait prendre de risques, un réel plaisir à partager et sortir de la trace qu’elle avait faite tout au long du récital (qui était en tout point remarquable, pas de reproche de ma part bien sûr). Mais le supplément d’âme qu’elle a donné dans ces bis m’a fait revisiter ce que j’avais entendu jusque là pour conclure que cette artiste est absolument unique (je le savais déjà) et totalement investie pour la musique et transmettre le plaisir à ses spectateurs/auditeurs, jusqu’à aller au delà de ce qu’elle a prévu.

Alors évidemment, quand elle est re-rentrée sur scène avec sa tenue russe et sa toque blanche, la salle a rugi de plaisir. Au début, j’aurai dit too much. Là j’ai juste pensé bravo ! Plus de 2h00 de chant avec des ribambelles de notes, roulades et ornements, comme de pianissimos éthérés et de notes retenues et sussurées. Un succès absolu, qui confirme les CDs et DVDs (le Vivaldi !) que j’ai regardés depuis sa Cenerentola de Rossini où elle crevait l’écran. Un récital à voir, même si il n’y en aura sûrement pas pour tout le monde. Elle repasse au théâtre des Champs Elysées Vendredi prochain 7 Novembre. Courrez-y !

Aujourd’hui, Dimanche, c’était mon tour de pratiquer. J’ai pu de nouveau chanter avec ma fille dans l’ensemble Abélard dirigé par Jean Belliard pour une répétition de leur nouveau programme de motets de la Renaissance (what else !).

Quel plaisir simple de déchiffrer avec des amis les chefs d’oeuvre de cette période, notamment ceux de Josquin Desprez. Le “Super Flumina Babylonis” de Palestrina est une pièce que je chante depuis plus de 35 ans avec toujours le même plaisir. Surtout en si bonne compagnie.

Un bien beau week-end qui s’est fini par un repas partagé ensemble. De quoi donner de l’énergie pour toute la semaine qui vient. Merci à tous ces artistes qui donnent sans compter pour que nous puissions recevoir.

Découvrez la musique sacrée de la Renaissance…

2014/08/31

… dans les meilleures conditions possibles:

Affiche concert

  • Le concert proposé est gratuit mais de grande valeur.
  • Les oeuvres données sont des chefs d’oeuvre absolus de la musique sacrée de la Renaissance. La profondeur du Requiem de Victoria n’a rien à envier à celui de Mozart, Verdi, Fauré, quoique dans une approche esthétique différente bien entendu.
  • Le lieu, l’église de St Sulpice de Favière, petite soeur en Essonne de la Sainte Chapelle de Paris, ne pourra que contribuer à renforcer l’atmosphère orante suggérée par la musique.
  • La direction d’un musicien généreux et inspiré, Jean Belliard, qui saura vous faire passer les frissons que cette musique ne peut manquer de générer chez l’auditeur, au travers des âges.
  • Enfin la possibilité unique (pour le moment) de me voir chanter avec mes deux filles, mais hélas sans ma femme qui ne sera pas du voyage cette fois.

Venez nombreux et faites passer l’info !

3 Concerts pour finir la semaine de mon autre travail

2014/07/11

Comme chaque année depuis 24 ans, cette semaine était consacrée à chanter le répertoire à la fois le plus émouvant et le plus savant de la musique vocale occidentale : la polyphonie sacrée de la renaissance. Au programme cette année, de nouveau le Requiem de Victoria, que j’ai déjà eu le plaisir de chanter avec Jean Belliard quatre fois lors de ces 24 ans de plaisir musical partagé. Ce chef d’oeuvre absolu de la musique à 6 voix enchasse le grégorien de la messe des morts au sein d’une polyphonie d’une sensibilité expressive absolument magnifique. Il faut notamment connaitre le motet Versa est in luctum bouleversant de déchirement (les fa# à la voix de ténor). Et il est simple pour vous de le découvrir ! Venez écouter ce samedi 12 juillet à l’église St Martin d’Etampes (91) ou à la cathédrale de Chartres (28) ce dimanche 13 juillet, la 25ème académie de musique sacrée de la Renaissance d’Etampes inspirée par cet artiste hors norme qu’est Jean Belliard qui a encore revisité l’oeuvre pour vous procurer la meilleure interprétation du texte liturgique.

Evènement à ne pas manquer !

Concert “Cantique à Notre-Dame” par le Quatuor Abélard

2013/09/23
Affiche du concert

Affiche du concert

Un programme rare d’oeuvres du 15è au 18è siècle, du bouleversant “O Magnum mysterium” de T. L. da Victoria si mystique au Magnificat de D. Scarlatti aux délicates intonations baroques.

Un programme centré sur l’importance du texte mis en musique, et rehaussé par des poèmes sacrés du Cardinal Jacques du Perron.
Les poèmes seront déclamés par Jean Belliard qui dirige le quatuor Abélard dans ce programme. Ce grand professionnel de la musique a toujours mis un point d’honneur à travailler au plus haut niveau possible tant avec des professionnels qu’avec des amateurs comme ceux réunis ici. J’ai eu l’honneur de travailler avec lui plus de 25 ans et je ne peux que vous inciter à aller à sa rencontre, il parle de la musique comme nul autre.

Leurs concerts ont été appréciés pour leurs grandes qualités musicales et l’entente parfaite de leurs membres. Ce sera leur seul concert sur la région et en plus, ma fille y chante comme “insolente” soprano 😉

ArticlePresseABELARD-YEVRE120512REPcentre

Rendez-vous à l’Eglise de Bernin – Samedi 5 Octobre 2013 à 20h30.

Et l’entrée est libre !! Vous n’avez plus aucune raison de ne pas venir
écouter ces oeuvres qui vous émouvront au travers des âges.

En espérant vous y rencontrer…