Posts Tagged ‘Concert’

Spectacle François Ier en Saintonge

2016/10/19

Si le coeur vous en dit, si vous avez un peu de temps aussi en ce week-end de départ en vacances pour certains, venez écouter l’ensemble Variations exceptionnellement en Saintonge, après nous être produits à Biviers et Roussillon, St Ismier et Gières.
Dans ce spectacle autour des arts au temps de François Ier, vous pourrez entendre des pièces sacrées et profanes illustrant la vie du roi, écouter des textes de la Renaissance en rapport et admirer diverses oeuvres d’art du temps du monarque dans un diaporama.

Nous nous produirons:

  • le vendredi 21 Octobre 2016 à 20h30 en l’église St Léger de Cognac
  • le samedi 22 Octobre 2016 à 20H30 à l’Abbaye aux Dames de Saintes

Entrée libre, participation espérée !
Affiche
Nous sommes dix chanteurs et acteurs dans ce magnifique programme d’une heure et demi avec projection de photos et des textes chantés accompagnés de leur traduction, accessible à tout âge. Quelle meilleure manière de commencer des vacances !

En espérant vous y rencontrer et n’hésitez pas à faire passer le message !

Journées Européennes du Patrimoine 2016

2016/09/10

Les Journées Européennes du Patrimoine auront lieu la semaine prochaine les samedi 17 et dimanche 18 Septembre partout en France. Mais je suis sûr que c’est en Isère que vous préférerez vernir 😉

D’abord en raison du fabuleux patrimoine local, et aussi parce que de nombreuses animations viendront les mettre en valeur. Et j’aurai le plaisir d’y contribuer avec l’ensemble Variations !

Tout d’abord nous animerons une promenade musicale entre Bernin et St Nazaire les Eymes avec trois haltes:

  • Au château de La Veyrie de Bernin est à 14h avec un programme médiéval (Rondeau “Fines Amourettes” d’Adam de La Halle, Saltarello, Stella Splendens du Llibre Vermell de Montserrat)
  • le long d’une maison Renaissance La Beyrou de St Nazaire à 14h45 avec un programme ad-hoc ! (La Guerre de Clément Janequin et le Salvum fac Regem de Jean Mouton)
  • enfin, le long du château de St Nazaire à 15h30 avec un programme baroque (Le motet “Unser leben ist ein Schatten” de Johann Bach et une sonate à 2 flûtes à bec de Georg Philip Telemann)

Le temps de nous transporter et de nous installer et à 18h30 nous donnerons notre programme sur les Arts sous François 1er au château de Roussillon.
Concert de Roussillon

Au cours d’une ballade chronologique d’une heure trente couvrant toute la vie de François Ier, notre ensemble illustrera la vie du « Noble Roy François » en chantant des pièces liées aux événements qui ont émaillé sa vie :

  • des chansons parisiennes illustrant ses amours (Le Bergier et la Bergière de Nicolas Gombert, Vous perdez temps de Claudin de Sermisy),
  • des pièces sacrées illustrant la naissance de ses enfants, comme la mort de ses proches, (le Proch Dolor de Josquin Desprez, l’Exalta Regina Galliae de Jean Mouton)
  • des chansons sur les guerres menées, sa capture à Pavie par Charles Quint, son séjour en Espagne (Scaramella de Josquin Desprez, La Guerre de Clément Janequin, Mas vale trocar de Juan del Encina)
  • les tubes de l’époque (El grillo et Mille Regretz de Josquin Desprez, Doulce mémoire de Pierre Sandrin)

Mais plus qu’un concert, nous souhaitons entraîner le spectateur dans une ballade illustrée par le foisonnement artistique de la Renaissance. Aussi ces pièces musicales seront complétées par des extraits de textes poétiques, humoristiques ou politiques contemporains, de Joachim du Bellay, Clément Marot, François Rabelais ou Michel de Montaigne, ainsi que par une projection de photos d’œuvres d’art des grands peintres et statuaires que le roi appréciait tant comme Léonard de Vinci, Jean Clouet ou Le Primatice.

En outre, une mise en espace sera assurée pour permettre au spectateur de suivre au mieux le déroulement de ce programme, et être entièrement replongé cinq cents ans en arrière.

Nom de Zeus, n”hesitez pas à venir nombreux faire cette expérience spatio-temporelle ! Et si vous ne pouvez pas le samedi, rattrapez-vous au moins en venant le dimanche !

Concert de Biviers

Nous serons cette fois en l’église de Biviers, pour contribuer à la remise en place à 17h00 de 2 tableaux du 17ème siècle classés monuments historiques et tout juste restaurés dont nous célébrerons le retour dans l’église par ce spectacle qui débutera à 17h30.

Après, vous êtes conviés à un pot de l’amitié. Que demander de plus !!

Pour les malchanceux qui restent en région parisienne, et voudraient prétexter de cela pour se couler douce, pas d’excuse, non plus, allez écouter le choeur de l’académie d’Etampes dans un autre magnifique programme Renaissance à St Sulpice de Favière !

Et comme toujours pour ces concerts, le prix ne doit pas être un obstacle à l’accès à la musique ancienne donc l’entrée en est libre et notre rémunération sera le sourire que vous aurez à la sortie d’avoir découvert ces merveilles !

Une dernière académie ?

2016/07/09

Peut-être pour moi. Je ne sais pas encore. En tout cas, une académie de musique sacrée de la Renaissance de plus. La 27è pour moi. Car je n’en ai pas raté une seule depuis le début. Normal car nous avions souhaité prolonger le travail que nous faisions avec Jean Belliard au sein de l’ensemble vocal Déchant, et ce rendez-vous estival autour du 14 Juillet s’est transformé rapidement pour moi en l’un de ces moments que l’on attend avec impatience toute l’année.

Depuis deux années déjà, notre Maître subit un désagrément de l’âge, qui est dramatique pour un musicien, la perte progressive de son audition. Alors cette année, après avoir tout fait pour continuer à transmettre sa passion au travers de la musique qu’il aime tant, ces polyphonies sacrées de la Renaissance dont il m’aura fait découvrir l’immensité et l’extraordinaire beauté du répertoire, Jean a décidé de passer le flambeau à sa fille Laudine pour animer cette académie. C’est donc une page d’histoire commune que je dois accepter de tourner, non sans mélancolie, mais avec une multitude de souvenirs plein la tête et de moments de musique fabuleuse partagée grâce à son inspiration. Il a aussi arrêté de diriger le Choeur d’Etampes et l’ensemble Abélard où chantait ma fille Ségolène.

J’espère que les nombreuses heures que nous avons passées tous ensembles à tenter de faire résonner la musique et le texte de notre mieux, sans parvenir à atteindre l’idéal qu’il se fixait, continueront longtemps à lui tourner dans la tête et le remplir de musique malgré tout.

Nous pensons à lui, à cette peine qu’il doit ressentir et j’espère qu’il se console aussi en se remémorant toutes les beautés qu’il a su nous faire découvrir, qu’il nous a entraîné à chanter, toutes ces graines de musique qu’il a semées chez des centaines de choristes, et qui aujourd’hui germent partout grâce à lui. Tant et si bien que moi aussi je me suis mis à transmettre (à mon niveau bien sûr) ce que j’avais reçu de sa part au sein de notre ensemble vocal Variations. Ce qui fait que je ne pourrai assurer le concert de Septembre cette année, car nous nous produirons dans le cadre des journées européennes du patrimoine pour notre programme autour de François Ier à Roussillon (le 17 Septembre à 18h30) et à Biviers (le 18 Septembre à 17h30) en Isère.

Je sais tout ce que je lui dois et combien il a durablement influencé ma vie tout simplement. Et pas qu’en musique.

Alors pour honorer ce contrat moral envers lui, nous allons travailler avec la même assiduité que d’habitude, ma femme, ma fille et moi-même pour perpétuer cette réputation d’excellence qu’il a insufflé pendant 26 académies et faire 3 magnifiques concerts à l’Eglise Saint-Martin d’ETAMPES (91) le vendredi 15 juillet à 21 h, à la Cathédrale St.Etienne de SENS (89) le samedi 16 juillet à 20 h et à l’Abbaye de Fleury à St.BENOIT-SUR-LOIRE (45) le dimanche 17 juillet à 16 h qui nous avait déjà accueilli plusieurs fois et est un lieu magnifique.

Venez découvrir ce répertoire époustouflant de beauté, enivrez-vous de sons et participez à un hommage bien mérité envers ce grand professionnel qui a toujours considéré l’amateur comme son frère en musique.

Ensemble Correspondance: un Art florissant

2016/06/29

Le 2 Juin a eu lieu un magnifique concert à la MC2. L’ensemble Correspondance, dirigé par Sébastien Daucé, a présenté un programme autour de Marc-Antoine Charpentier et de son voyage initiatique en Italie avec les influences qu’il a reçues à cette occasion.

J’avais déjà apprécié le disque qu’ils avaient consacré à Etienne Mouliné et que j’avais trouvé somptueux dans un programme rare. Cela m’avait donné envie de les voir en concert pour juger de la validité de ce jugement car le disque peut être trompeur, manipulé, arrangé, alors qu’un concert ne le peut pas. J’avais réservé ce concert dès Juin 2015 pour finalement le voir donc il y a quelques jours.

Eh bien autant dire que j’ai été emballé ! Très beau travail de prononciation de l’ensemble, clarté d’élocution, équilibre des voix. Avec la magnifique voix de basse d’Emmanuel Vistorky (qui a eu une pièce solo) et la plus belle voix de l’ensemble en la personne de Lucile Richardot, fantastique tessiture de contre-alto/alto/mezzo, timbrée et qui peut s’aligner en puissance face à n’importe quel haute-contre ou contre-ténor. Un vrai régal alors qu’il est si rare d’entendre ce genre de voix, et que depuis celle de Lydwine de Hoog-Belliard avec qui j’ai si longtemps chanté, je n’en avais pas entendue de pareille. Cette artiste a une très belle carrière devant elle. Evidemment, le cornet à bouquin d’Adrien Mabire qui nous a si souvent soutenu lors de nos académies de Juillet était de la partie avec des ornements endiablés.

Splendide programme aussi avec des raretés comme le motet de Tarditi, le Magnificat de Cavalli, un absolu chef d’oeuvre, et surtout la messe à 4 choeurs de Beretta spatialisée dans la MC2, expérience intéressante pour le spectateur placé au centre du son, même si leur attention était du coup beaucoup mobilisée sur la coordination avec le chef sur scène. En revanche, ils étaient regroupés pour la messe à 4 choeurs de Charpentier sur scène et ont là pu donner tout leur c(h)oeur dans les effets soulignant le sens du texte, ce qui était très bien venu.

Ce programme était leur création et à mon avis déjà une belle réussite que je vous engage fortement à aller entendre quand il passera près de chez vous, et tous les retours de mes relations qui ont été extrêmement élogieux aussi sur ce concert.

J’ai eu l’impression d’avoir assisté à la prestation de nouveaux Arts Florissants, eu égard au programme (tant Moulinié que Marc-Antoine Charpentier étaient au programme des premiers disques et concerts de l’ensemble de William Christie). Sébastien Daucé est aussi un claveciniste-chef amoureux de la musique du grand siècle, comme de l’Italie du 17è siècle. Et à les entendre, on ne peut que leur souhaiter une aussi longue continuation et réussite. Ils en prennent le chemin.

Ils seront du reste de nouveau présents sur la saison à venir avec le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier et des motets de Dumont, donc courrez réserver votre place, car il ne devrait pas y en avoir pour tout le monde cette fois-ci !

Quand on pense que sur la saison 2016-2017 à venir, la MC2 a dû diminuer sa programmation de 20 spectacles, c’est fort dommage. Il est important de soutenir le spectacle vivant, car même si j’adore le disque et en possède beaucoup, rien ne remplace l’émotion du concert ! Alors pour soutenir leur action, j’ai posté ce petit mot au président de la république, pour qu’en France on continue (et amplifie) le soutien au spectacle vivant et à la culture, en particulier la musique savante:

“Outre le plaisir direct qu’elle procure à ceux qui y assistent, sous toutes ses manifestations, la culture est une puissance économique majeure pour la France, surtout combinée à la richesse de notre patrimoine.

Il faut lui permettre de se développer pour enrichir notre pays de théâtre, de musique (et surtout de musique savante de *toutes* les époques et lieux), de danse, de peinture, d’architecture et favoriser les lieux de culture aussi lieu de consommation, de nuitées, de repas, de transport, faisant fonctionner notre économie locale, qui plus est non-délocalisable.

Le peu donné ici amènera beaucoup là et les générations futures vous en seront gré !”

Et en ces temps de disette budgétaire, que la MC2 soutienne encore plus la musique ancienne: Nous avons plus de dix siècles de musique à faire connaître. A quand la Messe de Machaut par Diabolus in Musica, un panel de danses celtes par les Witches, les splendides spectacles de Vincent Dumestre et son Poème Harmonique, les antiennes médiévales par Discantus, des danseries italiennes par Doulce Mémoire, des madrigaux de Monteverdi par le Concerto Italiano ou n’importe quoi par Jordi Savall, car tout ce qu’il touche est juste magique….

Ces ensembles sont excellents, demandent bien moins de budget que pour des créations contemporaines, et aporteront beaucoup de plaisir et de découvertes au public grenoblois. la MC2, à vous de jouer !

Spectacle François Ier à l’église de St Ismier ce Samedi 9 Janvier à 20h30

2016/01/09

Si le coeur vous en dit, si vous avez un peu de temps aussi en ce début d’année, venez écouter l’ensemble Variations lors du concert organisé en l’église de St Ismier.

Et n’hésitez pas à faire passer le message !

Dans ce spectacle autour des arts au temps de François Ier, vous pourrez entendre des pièces sacrées et profanes illustrant la vie du roi, écouter des textes de la Renaissance en rapport et admirer diverses oeuvres d’art du temps du monarque:

Eglise St Philibert de St Ismier – Samedi 9 Janvier 2016 à 20h30
Entrée libre

Nous sommes dix chanteurs et acteurs dans ce magnifique programme d’une heure 15 avec projection de photos et des textes chantés, accessible à tout âge. Quelle meilleure manière de commencer 2016 !

En espérant vous y rencontrer !

Spectacle François Ier à l’espace Bertet Musique ce Dimanche 18 Octobre

2015/10/11

Si le coeur vous en dit, si vous avez un peu de temps aussi, venez écouter l’ensemble Variations lors du concert organisé chez Bertet Musique à Gière.
Et n’hésitez pas à faire passer le message !

Dans ce spectacle autour des arts au temps de François Ier, vous pourrez d’entendre des pièces sacrées et profanes illustrant la vie du roi, écouter des textes de la Renaissance en rapport et admirer diverses oeuvres d’art du temps du monarque:

Espace Bertet – Dimanche 18 Octobre à 17h30 – Entrée libre

Nous sommes dix chanteurs et acteurs dans ce magnifique programme avec projection de photos et des textes chantés.

En espérant vous y rencontrer !

3 Concerts pour finir la semaine de mon autre travail

2014/07/11

Comme chaque année depuis 24 ans, cette semaine était consacrée à chanter le répertoire à la fois le plus émouvant et le plus savant de la musique vocale occidentale : la polyphonie sacrée de la renaissance. Au programme cette année, de nouveau le Requiem de Victoria, que j’ai déjà eu le plaisir de chanter avec Jean Belliard quatre fois lors de ces 24 ans de plaisir musical partagé. Ce chef d’oeuvre absolu de la musique à 6 voix enchasse le grégorien de la messe des morts au sein d’une polyphonie d’une sensibilité expressive absolument magnifique. Il faut notamment connaitre le motet Versa est in luctum bouleversant de déchirement (les fa# à la voix de ténor). Et il est simple pour vous de le découvrir ! Venez écouter ce samedi 12 juillet à l’église St Martin d’Etampes (91) ou à la cathédrale de Chartres (28) ce dimanche 13 juillet, la 25ème académie de musique sacrée de la Renaissance d’Etampes inspirée par cet artiste hors norme qu’est Jean Belliard qui a encore revisité l’oeuvre pour vous procurer la meilleure interprétation du texte liturgique.

Evènement à ne pas manquer !

Concert “Cantique à Notre-Dame” par le Quatuor Abélard

2013/09/23
Affiche du concert

Affiche du concert

Un programme rare d’oeuvres du 15è au 18è siècle, du bouleversant “O Magnum mysterium” de T. L. da Victoria si mystique au Magnificat de D. Scarlatti aux délicates intonations baroques.

Un programme centré sur l’importance du texte mis en musique, et rehaussé par des poèmes sacrés du Cardinal Jacques du Perron.
Les poèmes seront déclamés par Jean Belliard qui dirige le quatuor Abélard dans ce programme. Ce grand professionnel de la musique a toujours mis un point d’honneur à travailler au plus haut niveau possible tant avec des professionnels qu’avec des amateurs comme ceux réunis ici. J’ai eu l’honneur de travailler avec lui plus de 25 ans et je ne peux que vous inciter à aller à sa rencontre, il parle de la musique comme nul autre.

Leurs concerts ont été appréciés pour leurs grandes qualités musicales et l’entente parfaite de leurs membres. Ce sera leur seul concert sur la région et en plus, ma fille y chante comme “insolente” soprano 😉

ArticlePresseABELARD-YEVRE120512REPcentre

Rendez-vous à l’Eglise de Bernin – Samedi 5 Octobre 2013 à 20h30.

Et l’entrée est libre !! Vous n’avez plus aucune raison de ne pas venir
écouter ces oeuvres qui vous émouvront au travers des âges.

En espérant vous y rencontrer…

l’Harmonie d’un poème

2012/10/23

Vendredi dernier, nous avons eu la chance d’assiter au splendide concert du Poème Harmonique à l’Hexagone de Meylan. Sans doute d’ores et déjà un des meilleurs concerts de cette année. Bon je suis partial. Mais même !!

Je suis cet ensemble depuis son premier disque (Castaldi) chez Alpha (premier disque de cette maison). Et cela avait été un choc déjà pour la finition, la recherche du beau qui émanait de l’ensemble, tout en s’attachant à faire vivre le texte et la musique de façon engagée mais sans excès. Le bon goût personnifié en quelque sorte.

Depuis, nous avions pu les voir en concerts dans le très beau programme Metamorphosi novi lors du festival de Sablé, dans ce qui les rendit sans doute les plus célèbres, leur extra-ordinaire (le mot est choisi !) et envoutant bourgeois gentilhomme (qui est au Poème Harmonique ce qu’Atys a été aux Arts Florissants) au théâtre de Vitry sur Seine, ou encore à l’Opéra Comique dans Cadmus et Hermione de Lully. Chaque fois, la magie joue, le résultat est spectaculaire et inouï en fait.

Alors quand j’ai lu le programme de Vendredi dernier, j’ai tout de suite su que cela allait être fabuleux ! Des pièces à basse obstinée avec variations (Canaries, jacaras), du Merula, du Monteverdi: juste leur période de prédilection, mais dans un répertoire qu’ils n’ont pas encore enregistré. J’ai tout de suite pensé à Jordi Savall qui avec son ensemble Hesperion XX m’a permis de découvrir toutes ses oeuvres. J’ai trouvé que même indirectement, l’hommage pour Montserrat Figueras était beau, puisqu’elle même s’était illustrée dans ces pièces de Merula (un de mes trop nombreux disques d’île déserte !). Et dans ma bouche les rapprocher d’Hesperion XX et du maître Catalan est sans doute le plus beau compliment que je puisse leur faire. Mais Vendredi ils le méritaient !!

J’ai eu peur quand on a annoncé que Claire Lefilîatre chanterait malgré un problème de voix. Peur pour elle, car chanter dans ces conditions est toujours dangereux. Puis égoïstement, peur pour nous, de ne pas accéder au plaisir promis. Que nenni ! Je me demande même dans quelle mesure cela n’a pas ajouté au plaisir, en créant une tension plus importante, une meilleure écoute de l’assistance. Et je pense que peu dans la salle ont entendu quoi que ce soit. A peine un voile par moment (mais n’était-ce pas voulu finalement pour rendre la tristesse d’un vers). A peine un accroc dans un passage, mais cela ne devait-il pas refléter la faiblesse humaine ?

Dde toute façon l’engagement total, plein de maîtrise dont elle a fait preuve dès les très exigeants Rossi et Monteverdi introductifs m’ont complètement conquis (une fois de plus). Si on doit expliquer la rhétorique de cette époque à quelqu’un, il suffit de lui faire écouter cette chanteuse. Et dans le répertoire espagnol final (Hidalgo, Martin y Coll), elle avait des accents que je ne pensais possible que chez Montserrat Figueras. Elle a du sourire en entendant cela.

Mais une chanteuse, si excellente soit-elle, cela ne suffit pas à réussir un concert. Il fallait aussi un percussionniste démonstratif et inventif comme Joël Grave, que nous avons découvert ce soir là. Les enfants ont particulièrement aimé son implication et l’ampleur de ses gestes pour rythmer les danses. Une basse de viole efficace et chantante de Lucas Peres (mais qui ne me fait jamais oublier la plénitude du son de Savall, que je n’ai encore jamais retrouvé ailleurs, même chez Juan Manuel Quintana).

Et puis pour une fois, Vincent Dumestre n’était pas en retrait dans le seul travail de la basse continue ! Et du coup, quel plaisir de l’entendre dans la toccata arpeggiata de Kapsberger, si belle, mystérieuse, envoûtante vraiment de sonorités chatoyantes. J’espère qu’il la gravera, car je voudrais pouvoir la ranger au côté celle de Rolf Lislevand dans ma discothèque comme preuve de la beauté de ce XVIIè siècle si varié.

Aussi n’est-on pas surpris, lorsque l’on peut parler avec lui après le concert (merci pour être disponible après une telle production, comme j’avais déjà pu en bénéficier à Paris) de trouver un musicien complet, un homme profond, ayant une vision très accomplie et haute de son art, Un vrai maître, si jeune pourtant. Du coup, je suis parti pour les entendre encore souvent, tant au disque qu’au concert, et c’est tant mieux !

Si comme moi, vous trouvez qu’ils ne passent pas assez chez vous, faites-les inviter et faites écouter leurs disques ! En priorité, en plus de ceux cités précédemment, leur Belli, leur marches du palais, lamentations de Cavalieri, Guédron, Fasolo, Fenix de Paris… et tous ceux que j’ai aussi, mais que je ne cite pas ! Je vous avais dit que j’avais une grande île déserte ! C’est rare, mais il n’y a rien a jeter dans leur splendide discographie. Allez-y les yeux et les oreilles ouverts et découvrez combien la musique ancienne est belle, surtout quand elle est si bien interprétée.