Soon back in the air and on the roads…

2014/04/17

There will be possibilities to meet with me in some exotic places (at least for me as I never travelled there before in May !

I’ll first be in Wien, Austria, early May but that’s to celebrate somewhere my 50th birthday (half a century as my kids like to call that ;-)) and during vacations so won’t talk something else than early music or rchitecture and pictures of the nice building over there !!

But after that, I’ll attend the UEFI plugfest in Seatlle again, and be in charge of managing the interface between Linux distributions and HP. So if you plan to attend, and want to test your Linux distribution on nice shiny UEFI hardware platforms, feel free to contact me so we can organize that meeting over there.

The week after that I’ll be in Japan to present again during a LinuxCon event ! I’m very lucky first to be retained as a presenter to talk another time about Mageia. And then to be sponsored by our VP & Deputy General Counsel, Cloud Computing and Open Source Eileen Evans who is leading HP’s Open Source Program Office and allowing me to attend.

So feel free to drop me a mail if you want to chat about any topic I can decently talk about such as Disaster Recovery and Imaging or Continuous Packaging and some other surely HP related !

See you there.

HP miss a web page for HP Fellows

2014/04/05

I’m in contact with some fellows at HP such as Dong Wei for the UEFI forum. I thought we would promote them outside and reference their career such as what is done for some of our partners: Intel has a page describing their senior fellows and pages givig also access to the Intel fellows. Similarly, IBM promote their fellow each year, maintains a list of the 257 fellows they have !

But after searching on hp.com, I was unable to find such pages for our Fellows. And when you know the level of the people we have internally, they would definitely deserve a page with their Bio. You can fin the one of Kirk Bresniker e.g. but you have to know them to find them :-(

I think it’s time to repair what I consider as an error. Come on HP, it’s important to give visibility and show that we too have great people. Why do you think we’re the numer one IT company ? It’s because we have some of the best people in the industry.

Still working on MondoRescue 3.2 to make it available ASAP

2014/03/14

Even if stuff do not progrees at the speed I’d like them to progress (lots of travels on HP side since early 2014 and 4 concerts to perform on the private side) I’ve tried to improve the 3.2 version I published unofficially as beta. Interestingly enough, even when I do not announce that packages are delivered, there are people who do use them !!! Which gave me some feedback (you can guess it wasn’t that positive), so in fact it’s already my second delivery :-) and it contains some interesting new features:

  • mindi now uses the new mr-kernel-get-modules perl script which allows now in mindi to just mention end modules names andd not dependencies anymore, which are now computed by the script !! This will help a lot to maintain the list of modules, which was always impacted by low-level dependencies changes at kernel level.
  • Support of symlinks for newest distributions based on systemd such as Fedora, Mageia, … is now finally working !! Again this was done exporting the existing wrong code into a separate perl script which now operates correclty. This is part of the global willingness to recode most of mindi and some of mondo in perl. This took quite a long time, as of course, we need to stay compatible (a word systemd team doesn’t care about of course) with other tools, and older distributions. Side note, this is probably one of the reason MondoRescue is still appreciated by its community :-)
  • The introduction of a dependency on a perl function was incorrect and people trying to install from packages gave feedback that they had errors dof course ue to that. This is now fixed, as project-builder.org indeed had an issue because a low level function was depending on a higher level function not part of the perl modules provided for MondoRescue. With 0.12.5 of project-builder.org this is completely solved.
  • Now I still have regressions with the isolinux menus, NFS on Mageia 4 and systemd not working anymore (change of network NIC name is the root cause). However the ldlinux.c32 issue for syslinux > 5.x is now solved.

Next week is the TES, so won’t have much time to work on it. Expect news the week after.

6th Technical Excellence Symposium (TES) in Grenoble 21-27 March 2014

2014/02/20

If you are an HP employee, or a Value Added Reseller (VAR), then I’d like to invite you to come to an Event I’m co-organizing:

TES logo

High Performance Computing and Open Source Linux
Technical Excellence Symposium
17 – 21 March 2014
Grenoble, France

TES fond

The goal is to gain expertise and increase your sales and earnings potential.

You are invited to the 2014 High Performance Computing and Open Source & Linux Technical Excellence Symposium. This highly regarded technological event dedicated to professionals is the unique opportunity to boost your skills and knowledge in just 4.5 days!!

Why should you attend the EMEA HPC & OSL event?

  • Receive an update on the entire HPC and Open Source & Linux solutions including Enterprise Storage, Servers and Networking (EG) portfolio.
  • Reinforce your knowledge in this focus area.
  • Connect with the HP management and peers in the HP Certified Professional Community.

Do not miss this exclusive opportunity to give your career a boost and be part of the HPC and OSL community. This is also an excellent opportunity to get the latest technology updates even if you participated in this event before.

Pre-register today to secure your seat by clicking on the following link: http://hp.inviteo.fr/HPC_OSL_TES2014/

Choose among over 100 technological and solution sessions, a mix of hands-on labs, breakout demos and round tables.

This technical event covers the HP’s broad enterprise products and solutions in an open source environment of high performance computing, web services portfolio and new product introductions (e.g. Moonshot program and big data solutions).

Along the sessions, you will meet the HPC and OSL experts to share knowledge and insights in many key business areas including competitive tools.

Back home and freshly armed with an enhanced skills set, you will be ready to provide a great business value to your customers.

Throughout the event, we will offer detailed tracks on High Performance Computing solutions portfolio using our HP Blade System, ProLiant Scalable servers, Storage Works and Network products and solutions using Open Source & Linux software products and services.

We will have a huge emphasis on topics like Hyperscale products, smart storage, purpose-built servers for big data, Moonshot program wave 2 solutions as well as open cloud solutions.

Our High-level agenda is available. The detailed one will be sent to you after your registration.

In addition, there will be:

  • Sponsor sessions delivered by top names in the industry
  • Presentations by HPC and Open Source experts
  • Evening events

For detailed program information, please visit the event website

Any question? We invite you to contact us at: TES-event_at_hp.com

We are looking forward to meeting you at the 2014 HPC and OSL Technical Symposium!

project-builder.org 0.12.5 is now available

2014/02/07

Finally, after having published the version 0.12.3 on time for Linux.conf.au, I found some remaining bugs in it (problem of time based realease and not enough time to test), then I made a 0.12.4 version soon after as promised to solve these, but still missed some aspects, and those are now solved with this 0.12.5 version.

So this version fixes an issue with messages printed which were done in double, and also the way we manage naming of Debian versions, following the recent change for Debian 7 (using now only the major version, and not mentioning the minor version which is now useless).

I also fixed a dependency issue, seen when trying to install the beta of MondoRescue, where a function wasn’t provided in the perl-ProjectBuilder module, while used in the code :-( This is now solved, and I’ll now start working on the next MondoRescue beta which should now be installable with yum/apt-get/urpmi.

This project-builder.org version should now be stable to use for some weeks, as I do not plan to make big changes in it, as this is perfectly fitting my needs now. Of course, more could always been done, but I can’t advance on all sides at the same time, so now it’s MondoRescue‘s turn !

Enjoy !

Mageia 4 on time for Fosdem but …

2014/02/02

Anne has announced that Mageia 4 is now available just on time for Fosdem !

But I won’t be at Fosdem this year again (I’m attending an HP event instead)

And while there are good reasons for Mageia to be my distribution of choice, I won’t update my laptop this week, as I’m presenting during this HP event, and want to stay on the safe side. And for my home computer, well, I generally do it after my laptop ;-)

But anyway, great job done by the Mageia team and lots of good apps in this new version, including OpenStack and UEFI ! Enjoy and try it. It’s really worth it !

Comme la musique adoucit les moeurs…

2014/01/27

…Si le coeur vous en dit, si vous avez un peu de temps aussi, venez écouter l’ensemble Variations (Dir: Bruno Cornec) accompagné par le Jardin Musical (Dir: Christine Antoine) dans ce concert de musique sacrée autour du Requiem d’André Campra, qui nous l’espérons vous touchera par sa beauté et l’espoir qu’il porte. Après celui de Victoria, et avant celui de Mozart, c’est un grand chef d’oeuvre du siècle de Louis XIV que vous pourrez ainsi apprécier.

Tous les détails sont sur l’affiche:
Concert Variations

Les douze chanteurs et les six instrumentistes chanteront en complément de programme le Reniement de St Pierre de Marc-Antoine Charpentier, petit Oratorio de la passion et le programme sera agrémenté de pièces instrumentales du même compositeur, le tout sur dans un style historiquement informé.

Nous avons voulu garder un prix modique (12 EUR plein, 6 EUR réduit) pour nous permettre de rémunérer les instrumentistes professionnels qui nous accompagnent et vous permettre malgré tout de découvrir ou de venir réécouter ce magnifique répertoire de musique française baroque.

En espérant vous y rencontrer…

Gouvernance informatique: Il est temps d’y intégrer l’Open Source

2014/01/24

Dans le cadre de mes activités pour le Conseil des technologistes d’HP France, j’ai écrit un article pour le Webzine IT experts sur la l’intégration de Open Source et la gouvernance informatique disponible sur http://www.it-expertise.com/gouvernance-informatique-il-faut-integrer-lopen-source/. Un grand merci à Aurélie Magniez pour m’avoir aidé à faire cette publication.

Ci-dessous, une version légèrement modifiée qui tient compte de retours et rétablit certaines formules auxquelles je tiens, quoique moins journalistiquement correctes et certains liens (jugés trop nombreux par le Webzine, mais je tiens à citer mes sources, et Tim Berners-Lee ne les a pas inventés pour que l’on ne s’en serve pas non ? :-))

Bonne lecture !

Aujourd’hui en 2013, toutes les entités, publiques comme privées, en France, comme partout dans le monde, utilisent massivement des Logiciels Free, Libres et Open Source (abrégé en FLOSS (1)). Quelques exemples de cet état de fait sont fournis par la Linux Foundation, comme les 600 000 télévisions intelligentes vendues quotidiennement fonctionnant sous Linux ou les 1,3 millions de téléphones Andoïd activés chaque jour. Le dernier rapport de top500.org, présentant les super-calculateurs mondiaux, indique une utilisation de Linux à 96,4%. Des sociétés ayant aujourd’hui un impact quotidien sur notre environnement numérique telles que FaceBook ou Twitter ont non seulement bâti leur infrastructure sur une grande variété de FLOSS, mais ont aussi publié de grandes quantités de code et des projets complets sous licence libre. Ceci concerne aussi des acteurs plus classiques du monde de l’informatique comme HP ou IBM.

Ceci peut sembler normal, car on évolue là dans le monde du numérique, mais le phénomène touche tous les secteurs comme le montre une récente étude de l’INSEE, qui reporte que 43% des entreprises françaises d’au moins 10 personnes utilisent des suites bureautique FLOSS ou encore que 15% des sociétés de construction utilisent un système d’exploitation FLOSS par exemple. Cette large adoption se trouve corroborée par le développement de la filière FLOSS en France, comme rapporté par le CNLL, représentant en 2013 2,5 milliard d’Euros et 30 000 emplois.

Enfin, le secteur public n’est pas en reste avec la publication en septembre 2012 de la circulaire du premier ministre qui reconnait la longue pratique de l’administration des FLOSS, et incite celle-ci, à tous les niveaux, à un “bon usage du logiciel libre”, ce qui se vérifie dans certains ministères comme celui de l’intérieur ou de l’économie. Le ministère de l’éducation nationale a ainsi déployé 23 000 serveurs EOLE sous Linux et utilise de nombreux projets FLOSS pour la gestion multi-fonctions (réseau, sécurité, partage) des établissements scolaires.

Services impliqués dans la gouvernance FLOSS

Dans ce contexte d’utilisation généralisée, se posent certaines questions quant à la gouvernance particulière à mettre en place ou l’adaptation de celle existante pour accroître l’usage, la distribution, la contribution au FLOSS, tant pour les fournisseurs que pour les utilisateurs de ces technologies. En effet, les FLOSS ont des spécificités tant techniques qu’organisationnelles (rapport à la communauté, méthodologie de développement, licence utilisée) qui ont un impact sur la façon de les gérer dans une entité. La Gouvernance Open Source, aujourd’hui, doit donc être partie intégrante d’une Gouvernance Informatique.

Contrairement à ce qu’une rapide analyse pourrait laisser penser, ce n’est pas uniquement le service informatique qui est concerné par l’utilisation des FLOSS. Celle-ci touche la totalité de l’entité et le modèle de gouvernance doit donc être adapté en conséquence. En effet, le service des achats se voit souvent court-circuité par l’utilisation de composants logiciels téléchargés et non achetés en suivant les procédures qu’il met en place, le service du personnel ne dispose pas de contrats de travail statuant sur les contributions des employés à des projets FLOSS (ne parlons pas des stagiaires ou co-traitants), le service juridique doit apprendre à distinguer la licence Apache de la GPLv2, ou v3, le service de propriété intellectuelle considérer si telle modification faite à un projet FLOSS peut ou doit être reversée au projet, et dans quel contexte, voire le PDG évaluer, lors d’une scission de sa société en différentes entitées juridiques, l’impact représenté sur la redistribution de logiciels faite à cette occasion et le respect des licences utilisées. Ce ne sont que quelques exemples des questions auxquelles les entités doivent répondre dans le cadre d’une Gouvernance Informatique intégrant les FLOSS.

Ceci n’est pas un débat oiseux: il y a eu maintenant trop d’exemples allant jusqu’au procès et sur des problématiques de non-respect des licences FLOSS pour que les entreprises et services publics ignorent le problème. Les conséquences tant financières que sur leur image de marque peuvent être très importantes et causer des dommages beaucoup plus graves que ne le représente la mise en conformité (qui consiste le plus souvent en la seule publications des codes sources modifiés).

Il ne s’agit pas ici d’énoncer des éléments qui tendraient à restreindre l’utilisation des FLOSS dans une entité. Au contraire, les bénéfices de leur utilisation sont aujourd’hui trop évidents, la baisse des coûts induite par la mutualisation, les gains technologiques d’avoir des souches logicielles si versatiles et éprouvées doivent juste s’accompagner des mesures de gestion nécessaires pour en retirer tous les bénéfices annoncés. L’analyse des risques fait partie des choix quotidiens exercés au sein d’une entité et de même que pour une démarche qualité, l’impulsion doit venir du sommet de la hiérarchie de l’entité. Celle-ci doit soutenir la création des instances nécessaires à l’établissement d’une gouvernance FLOSS en leur donnant le pouvoir requis et l’interaction avec les différents services de l’entité.

Composants d’une gouvernance FLOSS

Tout d’abord, il s’agira de développer la compréhension de l’écosystème libre au sein de l’entité pour en appréhender les spécificités.

La première d’entre elles est la licence gouvernant les FLOSS. Comme pour toute utilisation d’un logiciel, ou d’un service, un utilisateur se voit décrit ses droits et ses devoirs au sein de ce document. Ceux-ci diffèrent selon que la licence est permissive (type Apache v2 par exemple), qui permet une utilisation (y compris pour des développement non-FLOSS) et une redistribution avec peu de contraintes (mentions légales et paternité par exemple). Elle permet ainsi à des sociétés de vendre des versions propriétaires d’Andoïd distribué sous Licence Apache v2 embarquées dans leurs téléphones portables. C’est ce qui permet de considérer cette licence comme “libre”. En regard on donnera également l’exemple des licences de gauche d’auteur (copyleft en anglais, type GPL v2 par exemple), qui permettent une utilisation tant que le logiciel distribué s’accompagne des sources (éventuellement modifiées) servant à le fabriquer. Elle permet à des projets comme le noyau Linux d’être développé par des milliers de développeurs tout en restant toujours accessible dans toutes ses variantes par la mise à disposition de son code source, dû à cette contrainte. C’est ce qui permet de considérer cette licence comme “libre”. Simplement les libertés sont vues ici sous l’angle du projet (qui le reste ad vitam aeternam) plutôt que sous celui de l’utilisateur comme dans l’autre cas. C’est la raison pour laquelle toutes ces licences sont considérées comme Open Source par l’OSI.

Une entité doit donc choisir les briques FLOSS qu’elle souhaite utiliser en fonction de l’usage prévu pour respecter les droits et devoirs d’usage codifiés dans les licences (ni plus ni moins qu’avec une offre non-FLOSS), sachant que, dans la plupart des cas, l’élément déclenchant l’application de la licence est la distribution du logiciel. Ainsi une société peut parfaitement utiliser un logiciel sous licence GPL v2, y faire des modifications et ne pas les publier, tant que l’usage reste interne à sa structure juridique (cas fréquent en mode utilisation de logiciel dans un département informatique). En revanche, si elle l’incorpore à un produit qu’elle commercialise, elle devra juste se mettre en conformité avec la licence et fournir en parallèle du produit un acccès aux dites sources.

Ceci n’est finalement pas si compliqué, eu égard aux gains énormes qu’elle peut en retirer en bénéficiant d’une brique logicielle éprouvée qu’elle n’a ni à développer, ni à maintenir. Dans tous les cas, il est important que son service juridique ait une compréhension des droits et devoirs des licences utilisées pour apporter le conseil requis, comme lors de la signature de contrats avec tout fournisseur.

On le voit, la formation du service juridique est à la base de la mise en place de toute gouvernance. D’autre part, il faut organiser au sein de l’entité la mise en relation entre ce service juridique et les équipes de développement. Non seulement pour qu’elles apprennent à se connaître, mais aussi pour qu’elles échangent sur leurs besoins réciproques et qu’elles comprennent comment chacune cherche à protéger l’entité pour laquelle elle oeuvre. Les uns le faisant eu égard au respect des règles de droit, ce qui comprend l’explication envers les développeurs des licences libres, les autres eu égard au mode d’utilisation des composants techniques spécifiques des équipes de développement.

Personnellement, en tant qu’ingénieur de formation, il m’a été très bénéfique de discuter avec divers avocats spécialistes des licences libres, pour mieux comprendre leur volonté de protéger l’entreprise pour laquelle ils travaillent et comment ils devaient le faire dans ce contexte. Et réciproquement, je sais que les informations techniques et exemples parfois complexes d’agrégats de composants logiciels les aident en retour à mieux tenir compte des cas particuliers qui peuvent se faire jour. La communication sur ce sujet doit dépasser dans l’entité les structures classiques et fonctionner comme une communauté.

Du reste, la seconde spécificité du logiciel libre est le fait qu’il est développé par une communauté de personnes partageant un intérêt pour ce logiciel. Il en existe de toute taille (d’un développeur assurant tout, jusqu’à plusieurs centaines de personnes comme les larges fondations comme Apache ou OpenStack). Etudier une communauté avant d’utiliser le composant libre qu’elle produit est une bonne pratique pour avoir des informations sur sa vitalité, son organisation, sa feuille de route, en plus des caractéristiques purement techniques du composant. Certains sites comme Ohloh peuvent aider à se forger une opinion dans ce domaine, pour les projets suivis. De même qu’il peut être alors pertinent de se poser la question des modes de contributions en retour. Cela peut consister en des correctifs, du code apportant de nouvelles fonctions, de la documentation, des traductions, une animation de communauté, de l’achat de prestation intellectuelle auprès de professionnels oeuvrant sur le composant ou un soutien financier à l’organisation d’un événement permettant le rassemblement physique de la communauté. Certaines entreprises, comme la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes témoignent de leurs contributions en retour envers un projet tel que LibreOffice.

Comme précédemment, chacun de ces aspects pourra faire l’objet d’une étude dans le volet Open Source de la Gouvernance Informatique. On notera que la gestion de la proprété intellectuelle sera à considérer tout particulièrement pour les contributions sous forme de code, et en liaison avec la licence utilisée. Mais cet aspect peut aussi avoir un impact sur les contrats de travail des employés, des co-traitants, des stagiaires, afin de déterminer sous quelles conditions leurs contributions sont autorisées.

Encore une fois, il s’agit d’inciter les entités utilisatrices de logiciels libres à ne pas se contenter d’être de simples utilisatrices de FLOSS, mais à être actrices de l’écosystème et à contribuer à leur tour à l’améliorer en s’intégrant dans les communautés. Le dynamisme actuel autour des FLOSS est le fait du soutien très actif de nombreux utilisateurs. Pour ne citer qu’un exemple, on regardera la synergie créée autour du projet GENIVI par ses 120+ membres, dont de nombreuses sociétés hors secteur informatique.

Enfin la dernière spécifcité du logiciel libre est la méthodologie de développement utilisée par la communauté. Quoiqu’elles soient toutes attachées à l’accès au code, elles varient énormément d’un projet à l’autre, en fonction de sa taille, de son style de gouvernance, des outils utilisés et de son historique. Mais il est important pour une entité qui souhaite interagir avec une communauté d’en comprendre la culture. Si le noyau Linux a une méthodologie organisée autour d’un “dictateur bénévole” (Linus Torvalds) qui prend les ultimes décisions et de ses lieutenants, nommés, en qui il a toute confiance pour prendre les décisions concernant une branche de développement, d’autres projets comme OpenStack cherchent à adopter le mode le plus “méridémocratique” en procédant à l’élection des représentants techniques des branches du projet par les développeurs, et à celle des représentants au conseil d’administration par la totalité des membres de la fondation, quels que soient leurs rôles. Le processus d’intégration continue d’OpenStack implique des étapes précises pour y ajouter un patch par exemple. Cela nécessite d’abord une application sur l’arbre courant sans erreur, avant de devoir recevoir deux votes positifs puis de satisfaire le passage de l’ensemble des tests automatiques prévus. Et ceci s’applique aussi bien aux représentants techniques des branches du projet qui proposent des centaines de patches par an, ou au contributeur occasionnel faisant une modification mineure de documentation. En revanche, celui qui souhaite soumettre une modification sur le noyau Linux devra passer par des listes de diffusion où les échanges peuvent parfois se révéler vifs, et s’adapter aux desiderata potentiellement différents des mainteneurs de branches.

Bonnes pratiques de gouvernance FLOSS

Face à tous ces aspects de ce monde foisonnant, certaines bonnes pratiques simples peuvent permettre aux entreprises de faire les bons choix et de s’assurer une utilisation optimale des FLOSS en en tirant le meilleur profit sans mettre à risque leur bonne réputation par des actions mal vues des communautés.

Une première bonne pratique peut consister à créer un comité Open Source. Par exemple, pour un grand groupe, il peut être utile pour la direction générale de nommer des représentants des différents services (achats, ressources humaines, informatique, technique, juridique, propriété intellectuelle) pour définir la politique à mettre en place. Ce comité devra se réunir régulièrement, tant dans la phase de définition de la partie Open Source de la Gouvernance Informatique, qu’ultérieurement pour la réviser sur la base des retours des utilisateurs et l’évolution de projets. Il devra également avoir les moyens associés à ses missions. Un groupe de travail du Syntec Numérique a développé, pour les aider dans cette activité, des contrats types pour leurs fournisseurs, leur demandant de préciser avec leur livraison logicielle, l’inventaire exhaustif des licences utilisées. Une présentation sur les contrats faite au sein de ce groupe pourra être aussi consultée avec profit. La FSF France propose aussi des avenants de contrats de travail type pour les employés contribuant à des projets libres, et l’AFUL des modèles économiques et financement de projets FLOSS ou de communautés. Il sera ensuite facile de donner des missions et des pouvoirs plus étendus à ce groupe de personnes quand l’utilisation des FLOSS augmente. Dans le cadre d’une PME, un correspondant FLOSS sera sans doute suffisant (comme il peut y avoir un correspondant sécurité ou CNIL), tâche qui pourra même être sous-traitée à des sociétés specialisées dans le domaine.

Une fois le comité/correspondant nommé et la politique FLOSS établie, il faudra prévoir des cycles de formations. D’une part pour le service juridique pour le cas où il manquerait de compétences sur le domaine spécifique des licences libres. La société Alterway propose par exemple une formation par un juriste pour des juristes. D’autre part, en interne, auprès de l’ensemble du personnel pour expliquer cette nouvelle politique FLOSS.

En parallèle, il est important d’avoir une vision précise de l’utilisation actuelle des FLOSS dans son entité. Notamment pour vérifier que leur utilisation est conforme aux licences sous lesquelles ils sont utilisés. Les non-conformités sont plus souvent dûes à la méconnaissance qu’à une réelle volonté d’enfreindre les licences. Cette tâche peut paraître fastidieuse de prime abord, mais elle est à mon sens fondamentale pour se prémunir, en particulier si votre activité vous amène à redistribuer du logiciel à vos clients. Heureusement des outils existent pour automatiser ce travail d’inventaire et faciliter l’analyse des licences utilisées. Le premier à recommander est libre: FOSSology a été développé par HP pour son utilisation interne, puis rendu libre en 2007 sous licence GPLv2. Il collecte dans une base de données toutes les meta-données associées aux logiciels analyés (il peut traiter des distributions Linux entières sans problème) et permet l’analyse des licences réellement trouvées dans le code depuis une interface Web. De nombreuses entités outre HP comme Alcatel-Lucent, l’INRIA ou OW2 l’utilisent, y compris pour certains, en couplage avec leurs forges de développement. Mais son accès libre et sa facilité de mise en oeuvre ne le réserve pas qu’aux grands groupes et il devrait être systématiquement utilisé comme complément naturel d’un gestionnaire de source, ou d’outillage d’intégration continue. En complément, des outils non-FLOSS peuvent également aider à ce travail d’inventaire en donnant accès à des bases préétablies de composants connus et déjà inventoriés et fournissent de nombreuses autres fonctions. La société française Antelink, émanation de l’INRIA, a développé une grande expertise dans ce domaine et a couplé son outillage avec FOSSology. D’autres acteurs tels que Blackduck et Palamida ont également un outillage complémentaire à considérer.

On pourra de plus prévoir ultérieurement un mode de déclaration des usages de FLOSS, voire, si les requêtes sont nombreuses et régulières, créer un comité de revue spécifique en charge de les évaluer et de les approuver.

Enfin certains documents de référence tel que le Guide Open Source du Syntec Numérique, les fondamentaux de la Gouvernance des logiciels libres, la vision des grandes entreprises sur la gouvernance et maturité de l’Open Source et le site de référence FOSSBazaar pourront permettre un approfondissement des sujets évoqués et donner des bonnes pratiques additionnelles quant à la mise en oeuvre d’une gouvernance Open Source.

Et pour ceux qui souhaiteraient être accompagnés dans la démarche, des sociétés telles que Smile, Alterway, Linagora, Atos, Inno3 ou HP disposent de prestations d’aide à la mise en oeuvre d’une gouvernance Open Source. Mais que vous le fassiez seuls ou accompagnés, il est temps et j’espère que cet article vous aura donné quelques clefs pour intégrer l’Open Source dans votre politique de Gouvernance Informatique.

(1): Dans tout ce document, on utilise le terme de FLOSS comme terme générique recouvrant aussi bien la notion de « logiciel libre », « Free Software » qu’« Open Source », tout en sachant que des nuances existent.

Meet at HP ExpertOne Technology & Solutions Summit

2014/01/22

For those of you working for an HP value added reseller (VAR) and attending the HP ExpertOne Technology & Solutions Summit on Barcelona from the 3rd to the 7th of February, feel free to meet during one of the session I’ll (co-)deliver:

For those of you wondering why project-builder.org and MondoRescue versions are not published more regularly, that gives you a hint ;-)

See you there to talk of these subjects or something else as you see fit. I’m around the whole week.

Last Day at Linux.conf.au

2014/01/21

Those interested by the previous part of the story can read the previous article on LCA14.

Time goes quick ! It was already time to pack and prepare to fly back. But before, a full day of interesting sessions was ahead of me.

Keynote at LCA

And the first one, the keynote, was particularly impressive. EVen if I must confess that space never really made me dream that much (sorry dale !), I was pretty impressed by the work done to send 15cm3 satellites, that Jonathan Oxer called ArduSat (in reference to the Arduino project), and the willingness to open source everything.

Jonathan Oxer with an ArduSat

Jonathan explained how he worked with the NASA in order to be able to launch his stellites alongside a more “normal” one, in order to benefit from an existing launch. I think that his idea to make them accessible to schools so they can create their own usage of such “tool”. He also underlined that satellite are still considered as a weapon in the USA and thus it wasn’t possible for him to disclose all what he would have liked to do. He mentioned that he is working with Bdale Garbee on trying to relax this.

ArduSat goal

I then attended a session on “Building APIs Developers Love”. While the presentation gave good overall recommendations, I’d have expect a bit more concrete examples, mention of tools to help you doing so, and a bit more code examples.

Darcy Laycock

After this, I was again more interested to follow closely what happens on the OpenStack side, so I followed the 3 sessions around that topic which were following.

The first was from Robert Collins, HP around Diskimage-builder. I was curious to see the commonalities with what I do around MondoRescue. But in fact the tool is really focussing on an OpenStack environment (as it should !) and they don’t need to manage physical setup, as they target virtual machines (IIUC). Also they really build the target image, not analyze an existing content to create an image from it, so the architecture i pretty different. For example when looking at their way to get the kernel needed, they use a qcow2 container in which they look for the kernel they want. On my side, I look in the local file system to do the same. So this shows that we could probably merge some techniques used, but it would take time and need some work. Maybe I can take that in account when refactoring mindi’s code, as I started to do with the new 3.0 version.
Anyway, again another tool to put on the TODO list and to look at.
Robert Collins

Next one was about Log content analysis in the continuous integration process of OpenStack by Clark Boylan, HP. Clark explained the tools they used and integrated to support this activity (Gearman, Logstash, and ElasticSearch), and as usual in the open. In particular, he showed how to extract useful information from billions of lines of log in their CI process.

Clark Boylan

Finally, the last session was on Bare metal provisioning with OpenStack by Devananda van der Veen, HP, who is the PTL for this Ironic project. Again my interest is also in relationship with MondoRescue which does similar stuff. But yet again from a different angle: deploying OpenStack with OpenStack. The project is still new, but progressing rapidly. It aimed at replacing crowbar typically. I really like the way Devananda present as I feel much clever at the end of his presentation, as this is always very clear and easy to get ! He even finished earlier his talk (which was very convenient for me as I had to leave quickly to catch my plane !). He could hav used that time for a short demo (I like demos it help me understand better !)

Devananda van der Veen

As you can see, HP’s involvement in OpenStack is really strong and not only throwing money in the project (thing that we also do !) but bringing expertise, project lead, build resources, code to it.

UWA
LCA is really a great event, focussing on various Open Source and Linux communities. It’s also one of the oldest worldwide, and the locations are always very nice, and people are just awsome there ! That’s why I’ll continue to submit proposals and hopefully be able to attend again in the future if they are retained. However, while I think that LCA’s reputation is well deserved, I think the largest event today for our communities is FOSDEM in Europe, attracting more than two thousands people each year only over a week-end however, but maybe without the same involvement of the Linux Kernel community. I won’t be there this year due to a conflict with another HP event, but I also recommend you to attend as a lot happens there as well.

LCA

Reminder, all the photos I took during the event are available at https://plus.google.com/photos/+BrunoCornec/albums/5966194867275136465


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 100 other followers