Time to Meet at HP ExpertOne Technology & Solutions Summit !

2015/01/21

For those of you working for an HP value added reseller (VAR) and attending the HP ExpertOne Technology & Solutions Summit on Barcelona from the 2nd to the 6th of February, feel free to meet during one of the session I’ll (co-)deliver:

  • UEFI: what, why, when, how and the rest Breakout 101 – Wed 2014-02-04 9:30-10:20 AM
  • HP Helion OpenStack in action – Breakout 124 – Wed 2014-02-04 2:00-2:50PM
  • HP ProLiant Gen9 value add on Linux – Breakout 99 – Thu 2014-02-05 9:30-10:20 AM
  • HP ProLiant Gen9 value add on Linux (Hands-on Lab) – Lab 16 – Thu 2014-02-05 2:00-3:50 PM
  • UEFI Hands-On Labs – Lab 19 – Thu 2014-02-05 4:30-6:20 PM
  • Running Enterprise Linux distributions on HP ProLiant Gen9 – Breakout 100 – Fri 2014-02-06 9:30-10:20 AM

And you should be able to meet the Geeks on Wednesday afternoon, myself included.

For those of you wondering why project-builder.org and MondoRescue versions are not published more regularly, that gives you a hint ;-) Not speaking of the next event in March, TES, where I’m part of the Event team this time.

See you there to talk of these subjects or something else as you see fit. I’m around the whole week.

MondoRescue packages available for new distributions

2015/01/20

As asked on our trac instance, new packages have now been build for the latest MondoRescue version 3.2.0 for OpenSUSE 13.2, Fedora 21 and SLES 12 in addition to the 150+ other distros already supported.

SLES was as expected the most difficult to deal with as it doesn’t provide newt packages, so I had to also build them from sources with the dependencies and they are all in the repository as well so you shouldn’t had issues trying to use them.

As usual please report issues either with the tool itself or the packaging following the guidelines.

Tout à voir

2015/01/08

Je pensais que ce billet n’avait pour une fois rien à voir avec ce dont je parle habituellement: l’informatique libre et la musique ancienne. Mais en fait si.

Parler de ce qui s’est passé est impossible. Se taire serait intolérable.

Faire du logiciel libre, c’est promouvoir une forme de liberté. Liberté de contrôler son environnement numérique, de penser le logiciel d’une certaine manière, d’échanger facilement avec d’autres qui ne font pas comme vous car on respecte des chartes d’interopérabilité comme des constitutions.

Faire de la musique ancienne, c’est promouvoir une forme rare et profonde de culture qui montre la continuité par delà les époques, qui promeut par la chanson parisienne de de Janequin par exemple une forme complexe mais subtile si représentative pour moi de l’esprit français, c’est faire partager par l’émotion suscitée l’amour de la différence et du beau.

Aujourd’hui on a tenté de détruire deux des socles fondamentaux de notre démocratie à la française, la liberté et la culture.

Je n’aimais pas vraiment l’humour de Charlie Hebdo. J’ai le droit de le penser. Et alors ! tout le monde se fiche de ce que je pense, du moment qu’eux ont le droit de s’exprimer et de d’échanger autour de leurs idées, comme je peux moi échanger autour des miennes mentionnées plus haut. Comme ne l’a pas dit Voltaire: « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire »

Alors ce soir, moi aussi comme l’immense majorité des démocrates de tous les pays, je suis Charlie.

Finalement, parler est possible. Revenons en à notre devise:

Liberté de la presse et de la pensée
Egalité dans la laïcité et notre capacité de croire en ce que nous voulons,
Fraternité envers les victimes et leurs familles

Merry Christmas, MondoRescue 3.2.0 is out !

2014/12/24

My previous post was to announce I wanted to publish that long overdue 3.2.0 version of MondoRescue beofre Christmas, so here we are !

I finally found the issue I had restoring RHEL7 with 3.2.0. This was due to a cumul of problems:

  • XFS labelling was broken. I fixed it by calling appropriately xfs_admin in label-partitions-as-necessary
  • RHEL7 uses a UUID for / in the grub2 configuration, which is not mentioned in /etc/fstab; so mindi wasn’t recreating that UUID correctly. So now mindi will store in the mountlist.txt the UUID of each partition, if no other LABEL or UUID was explicitely given in /etc/fstab in order to be able to use it at restore time, and label-partitions-as-necessary was also updated to take that in account

And I was with these modifications able to restore fully automatically a RHEL7 VM. So as I had alrady a working RHEL6 and Fedora 20 env, and as no big regression is expected on other supported distros (Mageia, SLES, OpenSuSE, Debian, Ubuntu mainly) I thought it was time to deliver it officially and give you a toy to play with for Christmas ! Am I not a nice guy ;-) ?

A lot as changed with regards to 3.0.4. If you want to have all the details, look at the Changelogs available in the trac announce, or read my previous posts about the 3.2 branch development, which started back in October 2013 (or even before in fact).

Is it the end of the 3.0 branch ? No. As I announced it earlier already, I want to at least publish a 3.0.5 with most mindi modifications backported in it (SVN already has such a branch in fact) in order for those of you who don’t like major updates, to stay with a more stable branch for some months, before jumping into 3.2.x. Because 3.2.x is the future, and most of my development time will happen here.

Hopefully that 3.0.5 branch will also work fine with systemd and /usr only based distros as the modifications to support that have all been done in mindi.

As for the 3.2.x branch, please report your findings ! I know I’m far from answering all mails, or answer all bug reports, but I do rad all of these, and as time permit, I try to make the code evolve (typically adding more perl functions) to have a more flexible way of incorporating your requests. Slower, but I have an installed base to maintain, I’m not like Fedora, which will always be followed, I need to keep my sysadmin as happy as possible with the state of the tool, while maintaing as much compatibility as I can with the previous versions.

But all that won’t happen before early January, as I’ll pass time with my kids and my wife to celebrate Christmas, an enjoy being together, which is now not as often as the previous years (yes kids grow up and move sometimes far from home :-), and that’s good !)

As I write packages are still being delivered to the master ftp server. Try it after the 25th !

MondoRescue 3.2.0: last beta before publishing

2014/12/07

I’m probably far from being a good project leader. The lack of time is one of the reason, but I think I could do better anyway, as I was particularly quiet these 2 last months. So I use that time, where I’m waiting before driving to the airport to give a status.

I was quiet, but still working on it as time permitted, and willing to solve the Fedora 18-20 support issues I had for a very long time now. And it seems that with the latest patches pushed this week, I’m good on that side. I’ve been able to do a full backup/restore of my Fedora 20 VM in automatic mode without issue ! That’s the first time, and was particularly happy that after 9 months of development around 3.2, I could achieve that. The other good news, is that it is still working fine for RHEL 6 e.g. as I also did a full cycle this week.

Ok, so life is nice. Well, as you know, nothing’s perfect ;-) So I still have an issue with RHEL 7. In fully automatic mode, eveything works fine, except that the restored VM doesn’t start due to an issue on the UUID in the initramfs.

I’ll test by recreating that initramfs after restore, and hopfully, dracut will do the job for me. But as I’ll be travelling in the US all next week, I thought it was good to publish a last beta before leaving, so that the community could also test and report what happens on other distros or on other configurations.

Note that very few other bugs have been fixed. I’m more interested for this first 3.2 version to have it work finally on all new systemd distros as much as I can, even if some features are still not fully working (see trac for details).

Compared to my last post on the subject, some points have been improved:

  • the network stack is now launched as long as a network backup has been done originally, even if you boot from the ISO image directly, and not through PXE. You may still choose from where to restore afterwards, but at least network is up
  • solve some /bin vs /usr/bin issues for pre-fedora 18 and systemd distros which were not working anymore (Cf: #741)
  • fix for a lack of keyboard discovery
  • fix some perl issues in some cases (Cf: #755)
  • force LV creation which on RHEL7 now asks a question in case something was already there before (Cf: #753)
  • Optimize modules list computation between mindi and restore init script and do not load modules list twice anymore
  • Force generation of hardlinks for busybox to avoid package build problem on some distro with inexistant links at build time (recent SLES)
  • Fix busybox 1.21.1 to support back old distributions such as RHEL3 and RHEL4 or SLES9 by avoiding usage of the struct tpacket_auxdata
  • Fix isolinux.bin and ldlinux.c32 locations for recent Debian distro

So maybe even more has been fixed than I considered initially in fact. Anyway, I’ll try to avoid to stay so long without publishing new versions to test. It’s a promise, but will be difficult to keep so don’t hold your breath !

I’d appreciate that you provide feedback on the MondRescue mailing list, create trac entries (even if I know there are already a lot that would need to be solved sooner than later).

The goal is to publish 3.2.0 final before Christmas, and to work on a hopefully final 3.0.5 version backporting some of the previously mentionned fixes coded in 3.2 for those of you who prefer to stay on that branch, which will be maintained a bit in parallel as long as 3.2 is not tested more. I think that you’ve been patient with me, so I also have to be patient myself before more users adopt the new stable branch.

Hopefully you’ll get a new blog article for the announce in less than a month !

Fifth OpenStack Meetup for Rhône Alpes

2014/11/18

The fifth meetup for the OpenStack regional group will be organized in Lyon at the ENS the 4th of December 2014.

We will have various presentations which are not yet finalized, and indeed you’re even invited to propose a talk if you’re a speaker, or soon to vote to choose the presentations you’d like to see.

Refer to http://www.meetup.com/OpenStack-Rhone-Alpes/ (in french) for more details and registration for those of you around.

HP MyRoom on a 64 bits Linux

2014/11/17

Well, HP is now promoting a new solution for webinars called HP MyRoom. And even if they provide rpm (and deb) packages, these are not working out of the box on my Mageia 64 bits distro, of course. That was already the case with HP Virtual Room previsouly.

But nothing you can’t make work, as long as you have the source don’t you ? So here is the receipe:

First install all the required dependencies that are not correctly mentioned in the rpm:

urpmi lib64xtst6 libxtst6 lib64xscrnsaver1 libxscrnsaver1 jpeg-devel lcms-devel lib64pulseaudio0 libpulseaudio0

Then add an additional library which was not even part of Mageia when I started this post ;-)
Get it from Cauldron where I uploaded it:

wget http://distrib-coffee.ipsl.jussieu.fr/pub/linux/Mageia/distrib/cauldron/x86_64/media/core/release/libmng1-1.0.10-1.mga5.x86_64.rpm
wget http://distrib-coffee.ipsl.jussieu.fr/pub/linux/Mageia/distrib/cauldron/i586/media/core/release/libmng1-1.0.10-1.mga5.i586.rpm
urpmi libmng1-1.0.10-1.mga5.x86_64.rpm libmng1-1.0.10-1.mga5.i586.rpm

Then finally download HP MyRoom for a 64 bits RPM system and install it with:

rpm -ivh --nodeps hpmyroom-10.0.0.0210.amd64.rpm

and launch it !

/usr/bin/hpmyroom

And now enjoy exchanging from Linux as well as from Lynx but without the hassle to use Windows ;-)

La fée, les sorcières et le mage

2014/11/02

Fabuleux week-end musical à Paris entre l’Open World Forum et l’OpenStack Summit !

Les Witches

On commence par les Sorcières pour Haloween bien sûr ce vendredi ! Les Witches avaient annoncé leur concert sur Facebook, dans le cadre du festival Marin Marais, et pour une fois, je l’avais vu et comme je pouvais y assister, j’en ai profité pour les voir “en vrai” pour la première fois :-) (j’ai les disques du groupe que je trouve fantastiques).

Eh bien, en vrai c’est … fantastique aussi ! De la jubilation à tous les étages, dans le temple comme à la tribune. Les sorcières jettent des sorts à l’assistance qui bat des pieds et tape des mains en rythme sur les jigs, laments et autres danses d’Angleterre ou des flandres. De l’improvisation à n’en plus finir: comme elles le disent, on ne sait pas sur quel morceau on commence, qui va enchaîner, combien de temps cela va durer, comment on va s’arrêter, ni même parfois quelle tonalité sera utilisée. Mais tout fonctionne par une grande habitude de jeu en équipe (la plupart joue ensemble depuis 30 ans !), une maîtrise totale de son instrument par chaque sorcière (même si elles tentent d’en changer au début de la seconde partie !) et surtout par un plaisir de communier dans ce temple conjointement avec son public. Quel volonté de donner du plaisir, d’inviter le public à participer, en le faisant choisir un enchaînement de pièce ou le premier joueur. Et puis quelle générosité ! Commencé à 20h30 le concert a regroupé 3 parties et s’est terminé après 23h00 sur des bis applaudis longuement par un public conquis.

Les Witches

Les interprètes savent rester accessibles et humbles malgré leur énorme talent. Pour ma part, la dernière fois que j’avais vu Claire Michon jouer de la flûte, c’était au début des années 1980 pour un concert d’I dilettanti et j’ai retrouvé intact sa virtuosité et ses attaques franches et énergiques qui font de cet instrument un pur plaisir quand il est joué comme cela, dans ce répertoire Renaissance où il va si bien (variations sur Daphné de Van Eyck par exemple). D’autres photos sont disponibles sur Picasaweb.

Fontainebleau

Samedi, la journée fut passée à préparer le nouveau programme de l’ensemble Variations que je dirige consacré au règne de François Ier, en visitant le château de Fontainebleau où il a laissé de nombreuses traces, et dont les photos serviront à illustrer notre spectacle. Le soir, de retour sur Paris, il était temps de voir la fée au théâtre des Champs Elysées.

TCE

Là aussi, c’était la première fois que j’avais l’occasion de voir Cecilia Bartoli sur scène. Et là encore, ce fut une rencontre placée sur le principe de la générosité. La première partie du programme consacré à la musique en Russie au XVIIIème siècle et ses influences italiennes était en entrée en matière. L’entrée en scène est un peu trop scénographiée à mon goût (mais il ravira les amateur de traîne !). De même après chaque air, la diva congratule ses partenaires solistes, et on se demande si cette scénographie n’est pas un peu trop forcée. Mais ce serait oublier l’énorme vitalité de la chanteuse italienne. Et sa nature extravertie qui, une fois comprise, fait la différence, comme la veille pour nos sorcières.

Cecilia Bartoli

La seconde partie ne fut qu’une montée en puissance vers le dernier air officiel, véritable pyrotechnie vocale qui terminait en beauté une série d’airs tendres ou virtuoses de la plus belle manière. Quel engagement, quelle justesse d’expression et de notes alors quelles se succèdent à une vitesse qu’il semble impossible à une voix d’enchaîner à cette vitesse et cette dynamique. Quelle incarnation des rôles de la part de La Bartoli, au sommet de son art. Mais ce sont les bis qui ont fait vraiment chaviré la salle. Après avoir chanté à ce niveau au moins 1h30 durant (il y avait aussi des pièces instrumentales par les Barochisti de Diego Fasolis), elle enchaîne sur Steffani à tomber, des Vivaldi de folie, incitant chaque fois le public à en redemander ! Ce qu’il ne se fait pas prier de faire sous les acclamations.

Et là vient son air avec trompette, où elle aussi va improviser des réponses à des motifs que la trompette énonce. Alors que jusque là tout est toujours sous contrôle, elle se lâche complètement, reprend avec humour ce qu’elle pense avoir compris de la phrase de la trompette, s’arrête, ironise en français avec le public et finit avec une salle conquise. Elle a là montré qu’elle aussi savait prendre de risques, un réel plaisir à partager et sortir de la trace qu’elle avait faite tout au long du récital (qui était en tout point remarquable, pas de reproche de ma part bien sûr). Mais le supplément d’âme qu’elle a donné dans ces bis m’a fait revisiter ce que j’avais entendu jusque là pour conclure que cette artiste est absolument unique (je le savais déjà) et totalement investie pour la musique et transmettre le plaisir à ses spectateurs/auditeurs, jusqu’à aller au delà de ce qu’elle a prévu.

Alors évidemment, quand elle est re-rentrée sur scène avec sa tenue russe et sa toque blanche, la salle a rugi de plaisir. Au début, j’aurai dit too much. Là j’ai juste pensé bravo ! Plus de 2h00 de chant avec des ribambelles de notes, roulades et ornements, comme de pianissimos éthérés et de notes retenues et sussurées. Un succès absolu, qui confirme les CDs et DVDs (le Vivaldi !) que j’ai regardés depuis sa Cenerentola de Rossini où elle crevait l’écran. Un récital à voir, même si il n’y en aura sûrement pas pour tout le monde. Elle repasse au théâtre des Champs Elysées Vendredi prochain 7 Novembre. Courrez-y !

Aujourd’hui, Dimanche, c’était mon tour de pratiquer. J’ai pu de nouveau chanter avec ma fille dans l’ensemble Abélard dirigé par Jean Belliard pour une répétition de leur nouveau programme de motets de la Renaissance (what else !).

Quel plaisir simple de déchiffrer avec des amis les chefs d’oeuvre de cette période, notamment ceux de Josquin Desprez. Le “Super Flumina Babylonis” de Palestrina est une pièce que je chante depuis plus de 35 ans avec toujours le même plaisir. Surtout en si bonne compagnie.

Un bien beau week-end qui s’est fini par un repas partagé ensemble. De quoi donner de l’énergie pour toute la semaine qui vient. Merci à tous ces artistes qui donnent sans compter pour que nous puissions recevoir.

Open World Forum: improvements needed as well as for the french FLOSS ecosystem

2014/10/30

Maybe it could be strange to speak about improvements whereas the event has not yet started, but there are already clearly areas where improvement will be needed if the event wants to continue being a reference one at least in France, and more over at european level.

For such an event, the Web site is key. This is the external face to the world. This year, up to last week it was a complete mess, without valid information. When I announced my various activities during OWF 2014, I gave some links to that Web site in order for people to be able to read more info. As of now, none of these links work anymore :-(

I’ve seen many times requests to update some content with what we were provideing without effect. Looking at the current agenda, I don’t see one of my sessions anymore, timing have changed also in between, … The change of location compared to last year is also a regression from an exhibitor point of view: The Eurosite site has no real structure to allow booth to be managed in a correct way and attendees to encounter sponsors on their booth in a nice way. I can ensure you that it’s very different compared to most events I’m attending such as LinuxCon e.g. where I was this month.

While different, the Solution Linux Event never exhibited such issues. Of course, the program and its role are different. I heard that the idea of uniting forces around a single event was considered. It could be beneficial wrt sponsors, reinforce the impact of the event and attract more audience, more contributions, enlarging the scope by uniting programs which do not overlap too much, proposing a real exhibition area, including communities as well as professionals. Also it could help having a larger group working on the overall program (I’m part of the Linux Solutions conference board, but even if I proposed many times to help, was never really included in the OWF’s one) so each could focus more on its area, and also have a larger set of permanent staff to help with the overall organization and communication.

I look forward to such an evolution and would be very supportive of it. I’m then ready to convince HP as well to continue to sponsor such a central event in France, whereas under its current format, I doubt it could be the case next year of OWF alone.

I’m also thinking it could help the french FLOSS ecosystem to speak with a stronger voice and be listened more by enterprises and the government and the various administration bodies. Today no serious infrastructure solution can be deployed without FLOSS components: Web based technologies, Cloud, Big Data, Software Defined Enterprise, Security, Virtualization (including NFV), SDN, … So it’s really time in France to stop the useless battles between FLOSS companies and unite all of them behind whatever structure that will be representative (such as the CNLL e.g.) to have a stronger voice and develop jobs, companies and business in our country at least. While supporting the OWF 2014, I don’t see the Open Source group of the Syntec Numérique able to play this role. It used to when the right people were involved, it’s not anymore (I know a bit attending the meeting through a conf call system), and hasn’t produced anything useful to the ecostystem since this guide IMO.

The french community of companies delivering FLOSS services/integration/software (the FLOSS providers, term advocated by Laurent Seguin which I like or the incubators I proposed earlier) shouldn’t stay quite: their customers need that they speak with a strong and united voice to defend their ideas and show the advantages of their solutions.

If you want to talk of that or anything else related to Open Source, feel free to come to one of the sessions I’m involved in… if the agenda is indeed correct (and timing respected as everything is very dense) you should find me speaking of FLOSS governance in Namur room at 9:00AM, collaboration in OpenStack at 11:15AM in room Luxembourg or OpenStack community in room Amsterdam at 12:10AM.

Or if you’re still there next week, during the OpenStack Summit, I’ll be at the HP Expert Bar session and around till Friday morning.

Rameau rime avec Minko !

2014/10/04

J’ai découvert Jean-Philippe Rameau, dont on fête cette année le 250è anniversaire de la mort, par ses splendides oeuvres pour clavecin, au milieu des années 70 et notamment sous les doigts de Scott Ross chez STIL un peu après. Aussi, lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’opéra, bien plus tard, c’est avec Marc Minkowski et son fabuleux Platée que j’ai fait mes gammes en 1988.

La possibilité de le voir à l’opéra Garnier avec ma femme lors de la deuxième reprise en 1999 nous a laissé un souvenir marquant d’un spectacle total, alliant la perfection de l’expression du texte, à une mise en valeur de l’orchestration du maître dijonnais par les musiciens dirigés par Marc Minkowski, des chanteurs hors norme comme la Folie de Mireille Delunch ou la mise en scène inventive et novatrice, mais parfaitement en phase avec la volonté originelle de l’auteur de Laurent Pelly.

C’est du reste un spectacle dont j’ai acheté le DVD dès sa sortie en 2002 et qui a tout de suite passionné mes enfants, sensibilisés à la musique savante mais pas particulièrement fans d’opéra pour autant. Pourtant cette vision les a tout de suite attiré et conquis. Quelle meilleure preuve de la qualité de ce spectacle ? Eh bien peut-être le fait qu’ils étaient tous volontaires pour aller le voir sur scène au Palais Garnier lors de la reprise de 2009 et qu’ils en sont sortis emballés de l’avoir vu “en vrai”.

De mon côté, je l’avais revu en arrivant sur Grenoble en version concert (plaisant, mais bien loin du plaisir procuré par la mise en scène !). Sinon j’ai bien sûr chéri les autres Rameau que Marc Minkowski a enregistrés (Hippolyte Et Aricie, Dardanus), sans daidaigner les Indes Galantes, Zoroastre ou Castor et Pollux de William Christie ou les Boréades de John Eliot Gardiner.

Justement ces Boréades un peu maudites, non représentées du vivant du compositeur, recrées en 1982 par John Eliot Gardiner justement (avec un livret n’ayant pas été fourni avec les CDs, pour des problèmes d’accord sur les droits possédés par la maison … STIL) étaient reprises ce soir par Marc Minkowski à la MC2 de Grenoble mais en version de concert.

Même si le maître des Musiciens du Louvre Grenoble nous dit y trouver son compte dans une interview, et même si le mettre en scène est sans doute délicat, il reste que la scène manque et que l’on sent bien que certains chanteurs ce soir se seraient volontiers adonné à plus de jeu de scène. Mais l’auditorium, magnifique acoustique, est un peu petit pour le permettre facilement. Ce sera le seul bémol de cette soirée somptueuse.

Car vraiment, ce soir, Rameau rimait avec Minko !! Entourés de jeunes chanteurs, la maestro a fait feu de tout bois certes comme souvent, mais avec ce plus qui le rend irremplaçable dans Rameau. Sa manière de mettre en valeur les bassons (4 ce soir, tout comme les traverso), son instrument de prédilection et capital dans la musique de l’auteur des Boréades, est unique. Mention spéciale aussi auxdits traverso qui ont évoqué les vents de Borée avec tantôt fureur, virtuosité et tendresse. Feu de tout bois disais-je ;-)

Mais là où j’ai été le plus conquis, c’est par la troupe de chanteurs rassemblée. Peu de noms connus, mis à part Julie Fuchs. Mais ils ne le resteront pas longtemps, cela c’est sûr ! Quelles voix jeunes, timbrées, quel engagement et surtout quelle diction ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris un tel plaisir à écouter du français être déclamé et chanté comme ce soir. Mon coup de coeur est certainement pour Manuel Núñez-Camelino (Calisis) qu’il faudra vite voir sur scène, car on sentait chez lui cette envie de jouer, en plus de son timbre qui passe en toute circonstance avec puissance quand il le faut et un fruité de haute contre à la française rare. A suivre assurément. Son “frère” en scène Jean-Gabriel Saint-Martin (Borilée) n’est pas en reste et lui donne la meilleure des répliques possible, jouant lui aussi de son timbre riche. Un couple passant de la séduction à la noire vengeance avec aisance, d’une intelligibilité exemplaire et d’un engagement total. Vraiment Bravo.

Mais le reste de la distribution est à l’avenant avec toujours cette attention au texte qui le rend facile à suivre, même en ne jetant qu’un oeil au surtitrage, surtout pour suivre les formules XVIIIè, bien différentes des nôtres au XXIè siècle. Julie Fuchs donc est une Alphise de toute beauté également, véhémente dans l’évocation de l’orage et caressante quand elle chante l’amour d’Abaris, articulation superlative toujours, ce qui est rare chez une soprano. Samuel Boden est Abaris et son timbre en a la noblesse. Concentré sur son chant (et quel chant), il rentre moins dans le jeu et ne regarde pas assez à mon goût Alphise, même à ses côtés. Mais c’est une version de concert, et de toute façon, encore une fois, difficile de produire du jeu dans ce contexte. S’il semble moins puissant potentiellement que Manuel dans la même tessiture de haute contre à la française, il est aussi plus rond, semble plus marqué par le sort qui s’acharne sur lui et émeut parfaitement dans ses plaintes si prenantes.

Et les seconds rôles sont à l’avenant. Ils viennent semble-t-il en majorité de l’académie européenne d’Aix en Provence et on ne peut que la féliciter de nous confier des artistes d’un tel niveau et aussi d’un tel potentiel.

Nous sommes sortis ravis de la soirée, et moi espérant que les annonces de reprise de Platée ou que la promesse des Indes Galantes par Marc Minkowski arrivera bientôt car j’ai hâte de le retrouver si bien entouré dans ces chefs d’oeuvres absolus de l’histoire de la musique, qui n’ont rien à envier aux grands opéras classiques ou romantiques, fort leur notoriété.

Merci pour ce moment ;-)


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 116 other followers