Amicus Meus en concert à Paris

2021/10/30

Je fais partie d’Amicus Meus, ensemble éphémère qui se réunit à sa guise pour travailler en un court laps de temps un programme de polyphonies de la Renaissance pour ensuite les partager avec le public qui veut bien les écouter.

Notre nom d’ensemble vient d’un repons de la semaine Sainte de Tomas Luis da Victoria. Mais il évoque aussi “notre ami”, Jean Belliard, qui nous a initié à ces beautés.

Après un travail de 4 jours cette année à Vert le Grand en Essonne au mois d’août 2020, pour commémorer les 500 ans du décès de Josquin Desprez, avec un concert le 27, jour de sa mort et aussi le 29, nous voici, cette fois-ci, sur Paris pour redonner ce concert ce 7 novembre prochain.

Au programme, certains de ses chefs d’œuvres comme son Proch Dolor à 7 voix pour le décès de l’empereur Maximilien Ier d’Autriche, ou son Stabat Mater à 5 voix autour d’un cantus firmus.

Et nous ne pouvons résister au plaisir d’accompagner cet hommage de pièces de Victoria, tirés des repons de la Semaine Sainte, dont le fameux Amicus Meus et le sublime O vos omnes.

Ce sera aussi une rare occasion pour moi de pratiquer de la flûte à bec en consort pour une suite de Schein et la Spagna de Josquin qui entrecouperont les pièces vocales.

Alors si ce mois de novembre se couvre, venez vous abriter le 7 à 16 heures en l’église du Cœur immaculé de Marie à la mission catholique espagnole de Paris, 51 bis rue de la pompe et vous aurez la chance d’y entendre ce magnifique programme donné par des amis de 30 ans, professionnels et amateurs, qui se retrouvent pour le simple plaisir de partager ces beautés musicales et vous inviter à y plonger d’abord une oreille, puis toute votre âme tant cette sublime musique devrait vous envahir complètement.

Et en plus, c’est gratuit et croyez bien que nous y mettrons tout notre cœur pour que ce soit touchant en souvenir de notre ami !

Meet at Open Source Experience Paris

2021/10/26

After a long time staying quiet, I’ll be again talking at an Open Source Event ! The Open Source Experience Paris is an old new event (having been called POSS, cancelled last year, or Solution Linux even before) during which I’ll talk about two topics in french this time:

  • 09 november 2021 11:20 – 11:40 – Room 241 – API != REST – procmail à la rescousse, or how an modern API can also be done using old tools such as the SMTP protocol and procmail, and also more “standard” REST APIs as well, all combined to help build a Workshop on Demand service. And I’m happy to present this topic with the help of my HPE colleague Frédéric Passeron.
  • 09 november 2021 14:20 – 14:40 – Room 242A – Vous souhaitez passer votre projet en open source ? or how putting your code developed with love during 2 years on github.com is probably the wrong thing to do to get all the benefits of Open Sourcing.

I’ll be around the rest of the event, probably not too far from the Mageia booth as they have been kind enough to make some advertisement for my presentations !

It’ll be great to be able to see some of you as it’s a pretty long time since we were able to do so and discuss about the latest news in our communities. So see you there !

FLOSSCon 2022 ?

2021/09/15

L’association FLOSSITA qui a organisé en 2018 et 2019 l’événement FLOSSCon se propose de sortir de son hibernation forcée, et d’organiser à nouveau une FLOSSCon en 2022 sur l’agglomération grenobloise.

Pour cela, il faut donner à l’association les moyens de le faire correctement : 

  • Des moyens humains avec un noyau de 5/6 personnes (un bureau) qui œuvreront à l’organisation (logistique, comm, informatique,…),
  • Des moyens financiers (cotisations et dons), d’autant que nous maintenons notre volonté d’avoir un événement gratuit, et qui permettent de couvrir les frais informatiques, assurance, communication, sans que tout ne retombe que sur les 5/6 bénévoles organisateurs,
  • Un lieu de conférence adapté
  • Des conférenciers essentiellement locaux désireux d’échanger sur leurs outils libres préférés,
  • Un public qui vienne écouter les sessions proposées.

De façon à mesurer l’envie de chacun de voir se concrétiser cette FLOSSCon 2022, nous vous demandons de remplir un petit sondage de 3 questions qui nous permettra de mesurer l’engouement (ou non) pour un tel événement.

Dans le cas favorable, nous réunirons prochainement les 5/6 personnes volontaires pour travailler sur un retro-planning et commencer à planifier la FLOSSCon 2022. Dans le cas contraire, nous ne renouvellerons pas nom de domaine, hébergement, et nous contenterons d’être conférenciers dans les événements des autres. 😉

Se faire vacciner par égoïsme et altruisme

2021/07/19

Fort heureusement, il y a finalement peu de personnes ne souhaitant pas se faire vacciner en France. Néanmoins, ceux qui restent ont parfois des arguments qui me semblent difficiles aujourd’hui à comprendre.

Tout d’abord, se faire vacciner, c’est un acte égoïste. Je le suis, et je l’ai fait. Cela permet d’éviter d’être gravement malade. Cela évite au reste de ma famille de se faire du souci pour moi. Les vaccins à ARN procurent une protection à plus de 94% contre les cas graves, y compris les variants connus. Si on ne souhaite pas ce type de vaccin (technologie développée depuis plus de 30 ans malgré tout et trouvant l’un de ses premiers débouchés concrets ici), on peut avoir un vaccin à agent infectieux qui procure une protection de 70%. Ce ne sont plus des suppositions projetées après les phases 3, mais des données qui se vérifient chaque jour d’avantage auprès des populations. “96% des patients positifs et présentant des symptômes n’étaient pas “complètement” vaccinés la semaine du 28 juin au 4 juillet.”

Certes, on peut toujours se dire que l’on sera dans les chanceux si on l’attrape (mais je l’ai été !), mais pour éviter les avanies des variants, j’ai bien préféré avoir une dose de Comirnaty (Pfizer/BioNTech) pour finir ma couverture vaccinale, et si je dois faire une troisième injection par la suite, je le ferai sans souci. En tout état de cause avec 4 millions de décès mondialement sur 190 millions de cas (donc 2% de chances de décéder lorsqu’on est atteint globalement), je passe d’une chance sur cinquante à moins d’une chance sur 1000 de décéder.

A-t-on tout étudié avant de lancer ces vaccins ? Sans doute pas, mais on continue (la phase 3 est toujours encours). A-t-on des risques en se faisant injecter ce vaccin ? Sans doute, comme chaque fois que l’on prend un médicament, un autre vaccin, mais aussi un aliment ou en traversant la rue ! Vivre est dangereux, on peut risquer de mourir ! Et finalement, si ce vaccin me permet de vivre quelques années de plus plutôt que moins, je prends ce risque là. Je me félicite que le monde compte de si brillants chercheurs qui arrivent à développer si rapidement et si sûrement le moyen de nous sauver !

On a déjà fait pour moi par le passé ce choix de la vaccination (enfant avec le DTPolio), ou lorsque j’ai voulu voyager (fièvre jaune). Donc on n’a pas toujoursle choix, même dans une démocratie comme la nôtre. Mais avoir des vaccins, c’est pour moi un grand bénéfice, conduisant à l’éradication de maladies telles que la variole ou la diphtérie. Eh oui, il y a des effets secondaires : une journée patraque pour ma part (contre 3/4 lors du Covid canal historique) et mal au point d’injection pendant 3 jours (un peu comme lors du vaccin contre la grippe que je fais aussi annuellement, étant personne à risque). Rien de bien grave pour moi, même si il y a eu quelques remontées de cas allant jusqu’au décès ce qui est toujours tragique (à comparer aux 120000 morts de la maladie elle-même).

Et je prends ce risque d’autant plus facilement que se faire vacciner c’est aussi de l’altruisme. Pour une fois qu’on peut avoir les deux en même temps, pourquoi se priver !! Je chante dans un ensemble vocal dont la moyenne d’âge est élevée, et je ne veux pas mettre à risque les autres chanteurs. Pas plus que le reste de ma famille bien sûr. Mais du coup, nous pouvons chanter sans masque, à distance raisonnable et retrouver le plaisir total de la pratique musicale, et celui si particulier du chant. Travailler le son, l’articulation, la justesse, l’intensité, tout cela est impossible avec un masque. Donc, nous avons (presque) tous nos 2 doses ou équivalent pour collectivement nous protéger et nous faire plaisir. Egoïsme et altruisme encore mélangés.

Car, le vaccin protège aussi de la propagation. La aussi une fois le schéma vaccinal complètement passé, le taux de contamination chute très fortement, si tant est que l’on ait encore attrapé le virus (~5% de “chance” et dans ce cas là on a une charge virale de 5 à 10% de celle d’une personne non vaccinée). Et donc on peut retrouver le plaisir de chanter ensemble par exemple (en gardant les gestes barrières, le gel, la désinfection et l’ouverture des fenêtres – ce sera plus difficile en hiver lors des répétitions !).

Quand j’entends les manifestants à Grenoble samedi dernier scander liberté, je me dis qu’ils n’ont pas eu comme moi la chance de voyager en chine, car ils auraient une meilleure appréciation relative de ce qu’est un régime dirigé. Et pour moi la liberté de voyager implique de me faire vacciner (Covid19, fièvre jaune, …), la liberté de chanter implique de me faire vacciner, et moi non plus je n’aime pas qu’on entrave ma liberté, mais aussi notre liberté collective. Et c’est là que le bât blesse dans leur raisonnement. Ils ne voient que leur liberté individuelle, pas la liberté du collectif. Or, dans un ensemble vocal, la liberté du collectif est aussi importante que la liberté individuelle et les membres acceptent de faire des sacrifices (supporter les remarques des uns, l’absence de travail des autres, la tenue vestimentaire des troisièmes, la tyrannie du chef, …), pour le plaisir de chanter ensemble et d’y faire œuvre collective. Un ensemble vocal est une mini-société, avec ses règles pour que la vie commune soit possible. Pour nous chanteurs, se priver de cela, est aussi une atteinte à notre liberté.

On dit qu’il n’y a pas d’amour mais des preuves d’amour, alors se faire vacciner est une grande preuve d’amour envers ceux avec qui on veut être. Car il y a toujours des risques, et donc on le fait malgré tout par amour. Car finalement, si l’égoïsme ne suffit pas, si on n’est pas convaincu pour soi-même, l’altruisme, la conviction pour préserver les autres peut devenir la plus forte motivation.

Alors pour tous ceux qui se posent encore la question, pensez aux autres et foncez dans le centre de vaccination le plus proche d’où vous êtes. Des milliers de choristes (et plein d’autres personnes évidemment) de part le monde vous remercieront !

Article sur le Logiciel Libre chez Combodo

2021/06/05

Heureux de voir publié un article que j’ai commis sur le Logiciel Libre (FLOSS) pour un partenaire de longue date d’HPE et un acteur majeur du libre en France, grenoblois qui plus est 😉

Et regardez de près iTop, c’est une solution vraiment intelligente pour la gestion de ressources et de services.

New Mageia Board

2021/03/02

After releasing its 8th version, the community members part of the french 1901 law association had a meeting tonight to reinvigorate the work done by the association in support of the distribution, and elected a new board to support that goal.

I’m proud to have gathered the trust of my fellow association members and been elected as a board member ! We also have a brand new chairman (neoclust, more than 2000 packages maintained !), a new secretary (auroud85, mister QA) and a new treasurer (maat, French users community).

With that new team in place and acting, I’m sure you’ll hear more and more about our distribution through various channels !

Mageia 8 is out

2021/02/27

As announced on the project site, Mageia 8 is now out ! It’s great to see the community succeeding in another joint work to publish that one.

Now, I have to update my servers, my laptops, my workstations in order to benefit from it. Won’t happen tomorrow however, as each time I need to check for major release updates and potential migration aspects before doing so. Using it for all what I do from apache, freedb, squid, shorewall to gnucash, tellico, digikam, and of course the usual firefox, thunderbird/mutt, libreoffice, that’s quite some software to test. Not counting the one I need to use on top of it such as teams, hpemyroom, zoom, openconnect with a Yubikey for my work.

Will start to look at shorewall first and fix my ansible playbooks to deploy the conf once the machine has been updated. Some fun ahead 😉

Congrats to all of you who contributed to that release (myself included in fact !!)

Our Linux.conf.au video is now available

2021/02/03

It was great to be able to speak during Linux.conf.au again this year, even if being down under would have been even greater 🙂

The video of this great conf (!) has now been published so if you have missed us (Frédéric Passeron and myself) speaking about the Wokshops on demand live, you now can view it online. Enjoy !

Speaking at Linux.conf.au 2021

2021/01/22

This conference is special for me. It has been one of the first big FLOSS conference WW to which I’ve been accepted as a speaker. It was in Sidney in 2007 and that was also an opportunity to organize the first and unique WW MondoRescue meeting (we were 2 !!). And I keep a strong feeling about that presentation and the australian way of life I really appreciated a lot.

Then I was luck to be selected again two more times in 2013 and 2014 in Canberra and Perth for a cross-distribution miniconf I organized there and a talk on project-builder.org. Again great travels and events so well organized and allowing to meet all the greatest FLOSS contributors. Just a dream !

And that’s there again. Well quite ! I’ll be speaking again during the 2021 Linux.conf.au sysadmin mini-conference with my colleague and friend Frédéric Passeron around the work we’ve done to make Workshops on demand accessible to everybody. This session will cover all the gory details behind this project made of ansible, scripts, procmail, REST and SMTP API, and more !! in particular explaining why an API, even in 2021 is not necessarily a REST one to be useful 😉 All that in less than 20 minutes.

Watch out the agenda to compute the correct time for it in your timezone (yes it will be late for the 2 of us based in France), but that’s a fair price to pay to be honored to contribute to one of the most interesting conference on FLOSS (with Fosdem !).

One regret ? Well, yes, of course, not being in sunny Australia with Frédéric to enjoy what happens outside the conference itself !! But as much as I dislike doing virtual conferences, this one is so special for me it deserved efforts on my side. See you there hopfully !

Announcing the GeneanetForGramps plugin

2020/12/06

I’m a happy user of Gramps, since the confinement started in France back
in March 2020. I had received since the death of my father a lot of documents that described my family, and I had also some holes in my understanding of some branches. I wanted to keep all these information easily on my computer, instead of on multiple unrelated sheets of paper. After looking at what was available, I decided to invest more time on Gramps and it turned out it was a perfect fit for my needs (well in fact it should be perfect for a lot of amator genealogists considering the high number of features it provides): ability to keep family trees and visualize them in multiple nice ways, ability to also store people images, as well as official acts related to their life, their profession, address and much more again.

The nice stuff for me was that Gramps is written in python, so could help me enrich my understanding of the language I’m practicing since 3 years now (even if I still prefer perl ;-))

And when you are looking for information around family members, you often find good details on Geneanet. It allows the sharing of numerous family trees published by many people, among them you’ll find some common ancestors ! And once you’ve found one, you can see the full tree going up, and you start copying information from it, to enrich your own tree. Of course *real* genealogists do not do that as they want to check with acts that this is indeed true, but I just have one life, and as with FLOSS, I like to rely on work done by others and just do new stuff to improve the global knowledge.

But it’s soon very painful to copy from Geneanet data that have been entered by others, because it takes time, it’s error prone, and a machine could do that instead no ? Well, Gramps has no way to do it, nor did I find anything related to exporting data from Geneanet. So python to the rescue 😉

I started by writing a script to extract data from Geneanet, using the lxml module which is very helpful to detect the tags that are in the Geneanet page and thus gather the information I needed to store that in a python object. Then, using the Gramps python module you can find whether the person already exists in the database and either include him or her if not, or modify (or not) the attributes if he or she was there. Then you add recursivity for ancestors to parse the tree, then you add recursivity for descendants to complete the tree, and then you add spouses support to cover it all. It took me a bit of time to make that work, but by june I had a good working setup. I was able to import in my test DB lots of people in one run, from the command line interface. Not everything was done, but as we were free tomove again, I used more to time to attend shows, exhibitions, visit museum, enjoy concerts again…

But as we were confined again in october, it was time to start thinking about the graphical interface, because at the end, I want to make it easy for my wife (and myself) to make such imports. Took me a bit of time to figure out which example was the closest to my case, in order to get inspiration from it, especially for the various parameters I wanted to make available. And this is now done and working as shown with this screenshot:

GeneanetForGramps plugin interface

Up to that point, I was still using the french web pages for Geneanet, but of course, if you want to make your plugin used world wide, you have to deal with internationalization. So that was the last step, replacing all hardcoded chains in the program by call to gettext and to translate stuff. Of course, it’s a bit mre difficult when you do string detection in pages, but it turned out that the code was clean enough to make it painless. And voilà ! I now have a working plugin that I try to integrate to the upstream project (see my pull requests). Hopefully it will be seen as useful and validated soon. Meanwhile you can integrate it yourself in your Gramps instance by downloading it from my Github repository as it’s AGPLv3.